Brussels Airport investira un milliard d’euros en 10 ans

Alors que le gestionnaire de l’aéroport international de Zaventem a vu son chiffre d’affaires augmenter de presque 13 % en 2014 et prévoit une croissance annuelle de 2 à 3% pour la décennie à venir, Brussels Airport veut investir un milliard d’euros d’ici 2025, dont 130 à 135 millions cette année encore. C’est ce qu’a annoncé le CEO Arnaud Feist lors de la présentation des chiffres annuels de l’entreprise.
BELGA/VERGULT

Brussels Airport a vu son chiffre d'affaires augmenter de 12,9% l'an dernier, pour atteindre 495 millions d'euros. Cette augmentation est due notamment à la croissance des revenus non aéronautiques. "Le réaménagement des zones commerciales porte ses fruits", estime le CEO Arnaud Feist (photo).

Le bénéfice opérationnel de l'entreprise est de 183 millions d'euros pour 2014, soit une hausse de 10,8%. En comparaison avec 2009, la hausse est de 139%. "Notre cote de crédit a également sensiblement augmenté", s'est félicité l'administrateur délégué. "Nous sommes passés d'un 'non investment grade' (une notation de faible qualité, ndlr) à un triple B." Le bénéfice net a lui augmenté de 20% et s'élève à 57 millions d'euros en 2014.

Ces 10 prochaines années, Brussels Airport investira un milliard d'euros. Cet argent servira notamment au développement des infrastructures d'accueil, à l'entretien des pistes, au perfectionnement des systèmes de bagages et de sécurité et à l'amélioration de l'accessibilité de l'aéroport.

L'aéroport situé à Zaventem souhaite que les voitures puissent rejoindre plus rapidement les parkings une fois sur le site. A plus long terme, il aspire à une meilleure connexion avec l'autoroute E40. "Mais c'est un travail de longue haleine", a admis Arnaud Feist, qui espère aussi renforcer la collaboration avec la société régionale flamande de transport en commun De Lijn.

L'aéroport réfléchit par ailleurs à l'extension de la Jetée A, un projet mis en suspens il y a quelques années. "Etant donné que ce projet nécessite six ans pour être réalisé, nous prendrons une décision cette année ou l'année suivante en fonction de nos besoins en termes de capacité", a expliqué Feist. "Il est difficile d'attirer des long-courriers sans terminaux. Desservir les plus gros avions avec des bus n'est pas praticable".

Brussels Airport, qui a transporté 21,9 millions de passagers l’an dernier (soit une augmentation de 14,6%), dispose formellement d'une capacité de 30 millions de passagers. Mais, toutes les compagnies désirant voler aux heures de pointe, cette capacité reste très théorique. L'entreprise n'a par contre pas désiré communiquer sur l'éventuel développement de la compagnie irlandaise low-cost Ryanair à Zaventem. "Je ne sais rien à ce sujet. Je suis toujours le dernier au courant", a assuré Arnaud Feist.