Des repas à 1 euro pour les plus pauvres de Flandre

A Anvers, les familles défavorisées peuvent recevoir un repas pour le prix d’un euro. La ministre régionale Liesbeth Homans (N-VA), chargée de la Lutte contre la pauvreté et de l’Economie sociale, voudrait étendre ce projet à d’autres villes et communes de Flandre, indique le quotidien De Standaard. "Nous voulons élargir le succès de cette initiative anversoise", explique l’ancienne présidente du Centre public d’aide sociale d’Anvers.

Les "repas à un euro" ont été introduits à Anvers à la fin de 2013 par Liesbeth Homans (photo), qui était à l’époque présidente du Centre public d’aide sociale (CPAS) de la métropole. Les familles qui souffrent de pauvreté peuvent ainsi aller manger à certains endroits de la ville pour la modique somme d’un euro. Les enfants peuvent aussi y recevoir une aide pour faire leurs devoirs.

"L’initiative connait un grand succès à Anvers, et nous voulons l’étendre", expliquait Homans ce vendredi à la VRT. "Entretemps, j’ai déjà été contactée par nombre de villes et communes qui sont intéressées par le projet. Elles proposent de mettre leur infrastructure à disposition, en échange de subsides pour le personnel et les repas".

Distribuer les excédents de nourriture

La ministre flamande chargée de la Lutte contre la pauvreté, de l’Economie sociale, du Logement et de l’Intérieur veut aussi remédier au problème de surplus et restes de nourriture auquel sont confrontés les supermarchés. Des initiatives sont déjà prises à l’heure actuelle, au niveau local et de façon individuelle. Mais Liesbeth Homans voudrait trouver une solution plus structurelle.

"Diverses chaînes de supermarchés affirment qu’il y a nettement plus d’excédents qui sont disponibles que ce qui est déjà distribué à l’heure actuelle. Elles ne demandent pas mieux que de pouvoir mettre ces restes à disposition, mais demandent que la nourriture soit cherchée par des organisations entre 18h et 20h".

La ministre veut donc prévoir des subsides pour des organisations qui se chargeront d’aller chercher les excédents de nourriture et de les distribuer à des organisations sociales dans les villes et communes.

2012 AP

Stimuler les jeunes dans divers domaines

Liesbeth Homans veut également stimuler les jeunes de milieux défavorisés à s’intéresser davantage à des associations sportives, culturelles et de jeunesse. Elle propose donc d’intervenir dans les cotisations à pareilles associations, ainsi que dans l’achat de tenues et équipements sportifs ou d’instruments de musique.

"Il est important que les enfants qui doivent malheureusement grandir dans la pauvreté puissent aussi participer à la vie associative", conclut Liesbeth Homans.

AP2013