De Croo suspend l’aide électorale au Burundi

Le ministre de la Coopération au développement, Alexander De croo (Open VLD, photo), a décidé de suspendre provisoirement le soutien au processus électoral au Burundi, à la suite des affrontements à caractère politique des 12 derniers jours dans le pays africain. La coopération policière sera également interrompue avec le Burundi.

"La Coopération belge au développement avait prévu un budget de 4 millions d'euros pour soutenir les élections au Burundi. Une première tranche de 2 millions a déjà été versée. Le vice-Premier ministre Alexander De Croo estime que dans les circonstances actuelles, le versement de la tranche restante de 2 millions doit être suspendu. La mission d'observation électorale de l'Union européenne au Burundi (MOE UE) a indiqué la semaine dernière que les conditions pour des élections libres n'étaient pas réunies pour l'instant", explique le cabinet du ministre De Croo.

Ces derniers jours, la capitale burundaise Bujumbura est le théâtre de manifestations (photo) d’opposants à un troisième mandat du président Pierre Nkurunziza aux élections présidentielles du 26 juin prochain, d’après des journalistes de l’AFP et de la Croix-Rouge, notamment. Un 3e mandat est interdit par l’Accord de paix d’Arusha.

La coopération policière entre la Belgique et le Burundi a également été suspendue. Les Pays-Bas participent aussi à cette coopération. Le budget consacré à la coopération policière se chiffre au total à 5 millions d'euros, dont 3 millions affectés par la Belgique et 2 millions par les Pays-Bas. Un montant de 3 millions d'euros est encore en suspens.

"Cette décision intervient après que le Haut-Commissariat aux droits de l'Homme des Nations Unies (OHCR) ait fait état de 11 manifestants abattus par la police, alors qu'elle n'était pas en situation de légitime défense. L'OHCR parle de 11 violations du droit à la vie", précise encore le cabinet d’Alexander De Croo.