La Commission appelle la Belgique à réduire l’impôt sur le travail

La Commission européenne recommande à la Belgique de mener une réforme fiscale afin de réduire le poids de la fiscalité sur le travail, ont indiqué mercredi midi le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis, la commissaire européenne à l'Emploi et aux Affaires sociales Marianne Thyssen et le commissaire aux Affaires économiques Pierre Moscovici.

La Commission avait déjà indiqué prendre note des "facteurs pertinents" qui expliquent que la Belgique ait un déficit budgétaire dépassant les 3% du PIB et une dette publique élevée. Elle avait choisi de ne pas placer le pays dans une procédure de déficit excessif.

Dans ses recommandations pour 2015 et 2016, la Commission presse la Belgique de prendre des mesures pour réduire le déficit et la dette publique. Elle appelle aussi le gouvernement à réaliser une réforme fiscale afin d'alléger les impôts sur le travail.

L'opportunité d'un "taxshift" est toujours sujette à discussions au sein du gouvernement fédéral, même si plusieurs partis, dont le MR, ont promis d'y travailler.

Les autres recommandations adressées à la Belgique sont des "classiques": s'assurer que les salaires soient bien liés à la productivité, améliorer le marché de l'emploi pour mieux inclure certains groupes cibles, ou poursuivre la réforme des pensions pour s'assurer que la charge reste supportable pour les finances publiques.

La Commission donne l'impression de taper toujours sur le même clou car la Belgique est confrontée à des problèmes structurels, a expliqué en substance la commissaire belge Marianne Thyssen. "Ça nous coûte 1% du PIB de ne pas suffisamment laisser les migrants travailler" en Belgique, a-t-elle souligné.