"La Belgique tenue d’accueillir moins de demandeurs d’asile"

Le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA) a défendu mercredi à la Chambre le mécanisme de répartition des demandeurs d’asile prévu par la Commission européenne. "Ce mécanisme pourrait être favorable à notre pays", a-t-il ajouté.

"La Belgique est déjà en conformité avec le programme européen pour la réinstallation des réfugiés évoqué par la Commission dans le cadre de son Agenda pour la migration", a indiqué Théo Francken.

"La Commission européenne a confirmé de la sorte que la Belgique apportait déjà de sa propre initiative une contribution importante", a-t-il souligné.

L'Agenda pour la migration adopté par la Commission européenne prévoit un mécanisme de répartition dans toute l'Europe des demandeurs d'asile sauvés en Méditerranée, à côté d'un programme de réinstallation de réfugiés.

A priori, le mécanisme de répartition des demandeurs d'asile pourrait être contraignant, tandis que le programme de réinstallation s'organiserait sur base volontaire de la part des États.

La Commission devrait préciser, avant la fin du mois, le nombre de demandeurs d'asile que la Belgique devra accueillir, l'objectif étant que tous les États membres se montrent solidaires, a expliqué Théo Francken.

"La Belgique fournit depuis plusieurs années un effort en matière de politique d'asile supérieur à la moyenne européenne", a déclaré le secrétaire d'Etat.

"Une répartition plus équitable signifie à mon sens que les États qui en font actuellement moins, comme ceux d'Europe de l'Est, soient amenés à en faire plus."

En ce qui concerne la réinstallation des réfugiés, la Belgique a pris ses responsabilités, poursuit Théo Francken. "Nous avons augmenté notre engagement en faisant passer de 150 à 550 le nombre de réfugiés qui seront accueillis en 2015. De la sorte, nous sommes déjà en conformité avec la répartition évoquée par la Commission."

D'après cette dernière, la Belgique serait tenue d'accueillir 490 réfugiés.