"Nous devons aller vers une VRT plus compacte"

Leo Hellemans, l’administrateur délégué de la de la radiotélévision flamande a accordé des interviews aux quotidiens De Tijd, De Standaard et De Morgen. Il y plaide pour un service public plus compact. "Une VRT forte et moderne n’est possible que si notre organisation est irréprochable et les syndicats devront prendre part à cette transformation".
© VRT - Bart Musschoot

Des auditions ont lieu actuellement en Commission des médias du Parlement flamand concernant le nouveau contrat de gestion de la VRT qui devra entrer en vigueur le 1er janvier de l’année prochaine, soit en an plus tôt que prévu.

Le message qu’adresse Leo Hellemans au gouvernement flamand est double. "La VRT mènera loyalement et de manière rigoureuse la restructuration demandée tout en menant les missions qui lui sont dévolues mais demande en échange que les budgets prévus ne soient plus rabotés dans les prochaines années".

L’administrateur délégué de la VRT demande aussi au gouvernement flamand un engagement de prendre à sa charge une partie des coûts de la restructuration.

La radiotélévsion publique flamande devra à nouveau faire des économies substantielles dans les prochaines années. "Mais nous voulons éviter autant que possible de diminuer l’offre," souligne Leo Hellemans.

"Nous ne parviendrons à réaliser cela que si la culture au sein de l’institution change. A partir de maintenant chaque euro compte. Continuer sans cesse à discuter n’est plus possible".

L’avenir de la VRT est digital

Pour Leo Hellemans, l’avenir de la VRT réside dans le digital.

"L’information est encore toujours l'une des tâches principales de la VRT, mais l’information se trouve de plus en plus sur internet" a-t-il déclaré ce vendredi dans l’émission "De ochtend". "Des extraits des interviews que j’ai accordés hier qui se trouvent aujourd’hui dans les journaux étaient déjà en ligne hier".

"Internet est pour beaucoup la source principale d’information, surtout pour les jeunes. Vous ne pouvez pas d'un côté affirmer vouloir un service public de radio et télévision de qualité et en même nous empêcher de construire un portail d’information".

Pour Leo Hellemans "le site d’information de la VRT doit être essentiellement basé sur un contenu audiovisuel mais on ne peut pas réaliser un site sans y mettre du texte, des photos et des graphiques", ajoute-il.

Cet été les discussions sur le contenu du nouveau contrat de gestion devront être finalisées afin que le nouveau contrat puisse être rédigé après l’été. Ce nouveau contrat de gestion de la VRT aura en principe validité de 5 ans.