Le Belge disparu au Népal est probablement décédé

Après s’être rendue elle-même au Népal pour y chercher son fils porté disparu depuis le séisme du 25 avril, la mère du Liégeois de 24 ans s’est résignée à son décès. Sur le réseau social Facebook, elle affirme avoir la certitude que tout a été mis en œuvre sur place pour retrouver François Urbany (photo principale). En vain. "François a terminé son voyage, sa route, dans les montagnes du Langtang", a écrit la famille le 14 mai.

Comme elle l’avait annoncé quelques jours après le tremblement de terre meurtrier au Népal et alors que son fils était le dernier Belge encore porté disparu dans le pays ravagé, la mère de François Urbany s’est rendue personnellement au Népal, persuadée à l’origine que son fils était encore en vie.

Mais au terme de cinq jours de recherches, la mère du jeune Liégeois de 24 ans a mis fin à sa démarche et regagné la Belgique. Elle s’est résignée à l’idée que son fils a probablement péri lors du tremblement de terre. Son corps n’a pas encore été retrouvé.

"Nous avons pu éliminer les différentes pistes"

Dans une lettre publiée sur le réseau social Facebook, le 14 mai, la famille de François Urbany commence par remercier les organisations internationales, népalaises et belges qui lui ont apporté de l’aide et du soutien pour tenter de retrouver le jeune alpiniste. En vain. La famille indique ensuite se résigner à accepter le décès de leur proche.

"Nous avons donc maintenant la certitude que tout a été mis en œuvre afin de retrouver François. Ce déplacement nous a permis de prendre conscience de la réalité au Népal. Nous avons pu éliminer les différentes pistes et obtenir des réponses par rapport à notre recherche. Ceci nous permettra de nous apaiser et de nous reconstruire".

"François a terminé son voyage, sa route, dans les montagnes du Langtang". Et de conclure : "Cette aventure humaine n’est pas uniquement la nôtre".

François Urbany s’était rendu au Népal avec un ami israélien, pour y explorer un chemin historique. Mais ils ont, eux aussi, été surpris le 25 avril par le séisme d’une force de 7,9 sur l’échelle de Richter.

Le corps du jeune Israélien a été retrouvé, mais pas celui de son compagnon de route belge. Les chances de le retrouver vivant sont minimes. Sa mère a laissé au Népal une liste des affaires que François portait probablement sur lui au moment du séisme. Dans l’espoir que quelqu’un retrouvera peut-être un jour sa trace.