Espace aérien fermé: la situation s'améliore

L'espace aérien belge est rouvert depuis 14h00 pour une partie des vols" l'information a été confirmée par Eurocontrol. Belgocontrol a redémarré ses systèmes, ce qui veut dire que le trafic aérien va reprendre progressivement", note le service presse d'Eurocontrol.
BELGA

Un premier vol a pu décoller de l'aéroport de Zaventem après la fermeture de l'espace aérien belge en raison d'une panne électrique chez Belgocontrol durant plusieurs heures mercredi. À Liège et à Charleroi, la situation s'améliore également, puisque les opérations reprennent graduellement.

A Bruxelles, un avion a décollé en direction de Newark aux États-Unis, a indiqué Brussels Airport sur Twitter. L'aéroport attend une reprise graduelle du trafic. Sur le tableau du hall des départs, les mots "embarquement" et "dernier appel" apparaissent. Certains avions ont également atterri, selon le site de l'aéroport.

L'aéroport de Liège a été relativement peu impacté par la fermeture de l'espace aérien. En tout, deux vols ont été supprimés. Un vol BMI en provenance et en direction de Munich et un vol VLM vers Venise. Le trafic de Jetair entre Liège et Ibiza semble reprendre, puisqu'un avion va atterrir à Liège pour ensuite repartir avec des passagers vers l'île espagnole. "C'est encore du cas par cas, mais nous espérons que le trafic se rétablira petit à petit", confie Christian Delcourt, porte-parole de Liège Airport. La situation est particulièrement problématique pour le pôle cargo, puisque de nombreux vols TNT doivent atterrir dans la nuit de mercredi à jeudi pour repartir le jeudi matin.

À Charleroi, les opérations reprennent également. Le premier avion a décollé à 14h35. En tout, 20 vols ont été annulés, impactant quelque 10.000 passagers bloqués soit à Charleroi, soit à l'étranger.

Le Voka évoque des millions d'euros de pertes

L'impact économique de la panne électrique survenue mercredi chez Belgocontrol est considérable, déplore la chambre de commerce du Voka à Hal-Vilvorde. Son directeur Paul Hegge espère que la panne sera réparée le plus rapidement possible et que l'incident ne se reproduira plus.

"Selon les données de la Banque nationale, les retombées économiques de Brussels Airport se chiffrent à 10 millions d'euros par jour", explique Paul Hegge. "La panne de mercredi pourrait avoir un coût économique de 5 millions d'euros. Une partie des pertes peut être récupérée par les vols retardés, mais la plupart est perdue."

Entre 10.000 et 11.000 voyageurs touchés

La compagnie aérienne Brussels Airlines a annoncé avoir annulé mercredi midi 35 vols aller-retour à la suite de la panne technique chez Belgocontrol qui a entrainé la fermeture de l'espace aérien belge.

Au total, entre 10.000 et 11.000 voyageurs sont concernés par l'incident, soit 40% des passagers ayant réservé un vol pour mercredi, indique le porte-parole de la compagnie Geert Sciot. Brussels Airlines a envoyé 50 membres du personnel supplémentaires à l'aéroport de Zaventem.

"Notre priorité est d'étudier comment nous pourrons redémarrer le réseau le plus rapidement possible après la réouverture de l'espace aérien. Il s'agit aussi d'aider et d'informer au mieux les passagers", note le porte-parole. "Nous souhaitons donner la possibilité aux voyageurs de réserver sans frais un autre vol ou d'être remboursés."

Au total, 35 vols aller-retour (ou 70 vols individuels) ont été supprimés par la compagnie, dont deux long-courriers. "Pour l'instant, les autres longs-courriers sont en attente, nous avons demandé aux passagers de rester en 'stand-by'", note Geert Sciot.

Selon lui, la panne est survenue à un moment très chargé pour l'aéroport de Zaventem, puisque 90% des vols long-courrier décollent entre 10h et 10h30. Sept vols ont été déviés vers des aéroports de pays voisins, les passagers rejoignant ensuite Bruxelles en bus.

Brussels Airlines a dépêché 50 travailleurs supplémentaires à l'aéroport de Zaventem afin d'accompagner les voyageurs, un chiffre qui pourra être revu au besoin. Brussels Airport a fait savoir que 144 vols avaient été annulés et 31 déviés vers d'autres aéroports, mercredi midi.

La panne attribuée à des pénuries de personnel

Le responsable syndical Kurt Callaerts (CSC Transcom) lie le problème de Belgocontrol au plan d'économies instauré il y a trois ans au sein de l'organe de contrôle aérien. Il pointe le manque d'investissements et un problème de maintenance dû à une pénurie de personnel.

"Il y a trois ans, un plan d'économies européen a été instauré. 3,5% doivent être économisés chaque année. La Belgique est le seul pays à avoir appliqué cette mesure", indique Kurt Callaerts. "Cela a entraîné de grosses lacunes auprès des services techniques et de maintenance". Il aurait appelé la ministre de la Mobilité Jacqueline Galant pour tirer des enseignements. Les suites du plan européen (appelé "plan de performances") pour les cinq prochaines années sont actuellement à l'étude.

Très étonnant qu'un système de back-up n'ait pas fonctionné

Pour l'association professionnelle des pilotes (Belgian cockpit association), il est très étonnant qu'un système de back-up n'ait pas été mis en route chez Belgocontrol. "Une telle panne ne devrait pas se produire et doit être solutionnée dans la minute", estime le porte-parole de l'association, Francis Uyttenhove.

Pour lui, il est normal que le matériel aussi sophistiqué utilisé par Belgocontrol suscite des problèmes ponctuels, mais ceux-ci doivent être solutionnés le plus vite possible. "De 9h30 à 17h30, c'est très très long", commente cet ancien commandant de bord.

"La sécurité n'a pas été altérée ici, mais de telles pannes ne devraient pas se produire", poursuit-il, espérant que les conclusions nécessaires seront tirées et que les systèmes seront adaptés au plus vite, le cas échéant.

Pour un autre pilote de ligne en activité, l'incident est "déplorable" et Belgocontrol a eu raison de fermer l'espace aérien pour garantir la sécurité. "Heureusement qu'il faisait beau. Avec du brouillard et du mauvais temps, on courrait à la catastrophe", note-t-il.
 

BELGA