Michel D’Hooghe envisage de démissionner de la FIFA

"Il est grand temps que les choses changent" estime Michel D’Hooghe, seul Belge membre du comité exécutif de la FIFA. "Si cette situation perdure, je ne resterai pas", a-t-il déclaré ce dimanche sur le plateau du Zevende dag (VRT).

Il y a deux jours, Sepp Blatter a été réélu pour un cinquième mandat à la tête de la FIFA, malgré le scandale planétaire qui secoue la Fédération Internationale de Football Association.

En tant que membre du comité exécutif de la FIFA, Michel D’Hooghe n’avait pas le droit de participer au vote. Et le résultat est loin de le réjouir : "Le point de vue européen est connu. Nous pensions qu’il serait bon qu’un vent nouveau souffle sur la FIFA, car Blatter a déjà 79 ans et entame son cinquième mandat. Mais nous sommes soumis à la démocratie des élections. Je lui ai donc serré la main par politesse", a témoigné Michel D’Hooghe.

"Je pensais que la tornade qui s’est abattue sur la FIFA allait changer la position de certains. C’est peut-être arriver dans une moindre mesure, mais clairement pas suffisamment pour créer une majorité", a-t-il encore souligné.

Face à cette situation, le président de la commission médicale de la FIFA doute sur son avenir au sein de la Fédération : "Je porte depuis 27 ans la responsabilité médicale au sein de la FIFA, mais je ne peux me réconcilier avec cette institution maintenant que je sais qu’il y a de nombreuses affaires de corruption", indique-t-il. "Ma conclusion est claire : dans cette situation, je ne resterai plus. Il est grand temps que les choses changent. Si cette atmosphère demeure au sein de la FIFA, je n’y ai plus ma place", précise Michel D’Hooghe.

"Je vais à présent attendre pour voir ce qui va se passer lors des prochains jours, et ce qui sera encore révélé. Car au plus on en sait, au mieux c’est. Face à un abcès, la médecine douce ne suffit pas. Il faut utiliser le scalpel et inciser".

Michel D’Hooghe attend désormais que le président prenne des mesures. "Blatter a déclaré qu’il était de son devoir de nettoyer le navire, et je veux voir comment il compte s’y prendre", a-t-il fait savoir, plaidant notamment en faveur d’une structure totalement transparente.

D'Hooghe interrogé par la justice suisse

Plusieurs membres du comité exécutif de la FIFA sont interrogés par la justice suisse, et son président, Joseph Blatter, pourra lui aussi "l'être à l'avenir si besoin est", a indiqué dimanche un porte-parole du procureur général suisse.

Le bureau du procureur général interroge les membres du comité exécutif de la FIFA qui ont voté en 2010 (lors de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar), qui sont toujours en place et ne sont pas résidents suisses.

Les responsables de la FIFA qui remplissent ces trois critères sont au nombre de sept. Parmi eux, on retrouve Michel D'Hooghe.