"La SNCB peut se passer de près de 1.300 cheminots"

Si les chemins de fer belges veulent être aussi performants que leurs collègues européens, ils peuvent circuler avec 20% de conducteurs et 25% d’accompagnateurs de trains en moins - soit près de 1.300 collaborateurs en moins. C’est ce qui ressort d’une étude comparative présentée la semaine dernière par la direction de la SNCB, mais ce scénario ne serait pas à l’ordre du jour. Les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad en publient davantage de détails ce mardi.

A l’heure actuelle, la SNCB emploie environ 3.000 conducteurs de train et quelque 2.500 accompagnateurs. Selon une étude de la concurrence (benchmarking) menée par le bureau McKinsey - et qui a comparé la SNCB aux sociétés ferroviaires des Pays-Bas, de Suisse, du Danemark et d’Autriche -, ces opérateurs ferroviaires européens comparables fonctionnent sur le même nombre de kilomètres avec 21% de conducteurs et 24% d'accompagnateurs en moins.

Ce qui signifierait, selon l’étude, que les chemins de fer belges devraient pouvoir fonctionner avec seulement 1.300 cheminots - soit 700 conducteurs et 600 accompagnateurs - s’ils voulaient atteindre la même efficacité.

La direction de la SNCB (photo) n'aurait cependant pas l’intention de remercier du personnel roulant. Au contraire, elle recrute actuellement des conducteurs et accompagnateurs supplémentaires.

Jonas Roosens

Trains plus lents

Ce serait notamment la vitesse moyenne des trains en Belgique - soit 57 km/heure - qui fait baisser les chiffres d’efficacité de la SNCB. Le personnel roulant peut en effet ainsi effectuer moins de kilomètres que leurs collègues dans les autres pays étudiés à la loupe. Cette vitesse plus basse serait notamment due à des travaux sur les rails.

Si la SNCB employait 1.300 personnes en moins, elle pourrait économiser 53 millions d’euros. Mais il ne s’agit là que de théorie et pas de plans concrets de la SNCB.

Toujours selon l’étude de concurrence, la SNCB pourrait aussi réaliser des économies sur les coûts d’entretien. Les chemins de fer pourraient même aller jusqu’à économiser 63 millions d’euros dans ce domaine. Mais cette économie ne peut se faire rapidement, en raison du grand âge de beaucoup de trains qui circulent actuellement.

Enfin, des économies pourraient également être effectuées dans le domaine administratif. Une centralisation accrue de l’administration permettrait d’économiser 46 millions d’euros.