Des mineurs envoyés pour piéger les cafetiers

Une vingtaine de villes et communes flamands vont engager des jeunes afin de vérifier si les exploitants de cafés respectent bien la loi sur la vente de boissons alcoolisées. Selon le journal Het Nieuwsblad, il s’agit d’une campagne de sensibilisation qui émane de l’Association flamande de lutte contre l’alcool et la drogue (Vereniging voor Alcohol- en Drugsbestrijding/VAD) en collaboration avec Horeca Vlaanderen.

"Nous voulons voir si des jeunes, âgés de 14 à 15 ans, peuvent acheter de la bière et voir aussi si des mineurs de 16 à 17 ans peuvent recevoir des alcools forts", a expliqué Marijs Geirnaert du VAD.

Horeca Vlaanderen a promis sa collaboration. "Nous ne voulons pas un renforcement de la législation sur l’alcool mais nous voulons qu’elle soit respectée", explique Danny Van Assche, directeur de Horeca Vlaanderen. "Il est important que nos membres soient responsables par rapport à l’alcool", a-t-il ajouté.

Le VAD avait déjà fait des tests dans les supermarchés, magasins de nuit et stations-service.

L’intention n’est certainement pas de dénoncer les cafetiers. "Ces jeunes rentreronts dans le café et commanderont de l’alcool. Si on leur sert de l’alcool alors l’exploitant du café recevra une brochure. "Sur cette brochure toute la législation en matière de vente de boissons alcoolisées est expliquée" ajoute Marijs Geirnaert du VAD. "Il y aura aussi toujours une campagne de prévention avant ou après pour accompagner les jeunes".

Les jeunes n’ont-ils pas aussi une responsabilité ?

Le syndicat national des Indépendants critique cette initiative.

"Bien sûr qu’il faut respecter la législation sur le vente d’alcool mais pourquoi ce sont à nouveau les cafetiers qui sont montrés du doigts" estime Christine Mattheeuws, la président du syndicat.

"Les jeunes qui commandent de l’alcool ne sont-ils pas aussi responsables de leurs actes ?"

La loi, les jeunes et l'alcool

La législation en matière de vente d’alcool aux plus jeunes, datant du 10 décembre 2009, précise d’une part que la bière et le vin (boissons fermentées) ne peuvent pas être vendus aux moins de 16 ans, et d’autre part, les boissons distillées comme la vodka, le genièvre, le rhum, le whisky et les alcopops sont interdites aux moins de 18 ans.

Si un jeune désire acheter de l’alcool, il doit prouver qu’il a 16 ou 18 ans. Si ce n’est pas le cas, les commerçants ont le droit de refuser la vente.

L’interdiction ne concerne pas uniquement les magasins et supermarchés mais aussi les distributeurs automatiques de boissons et les cafés, bars ou restaurants.