Investissements peu éthiques pour le fonds de pension du Sénat

Le fonds de pension du Sénat finance l'industrie de l'armement, des cigarettiers et des alcooliers, l'industrie pétrolière, l'agro-industrie, de grands pollueurs opposés aux accords climatiques mondiaux, des spéculateurs sur les matières premières alimentaires ou encore des producteurs d'OGM ou de produits nocifs pour la santé, constate les partis Ecolo-Groen à l'issue d'un examen minutieux du portefeuille géré par la caisse de retraite de la Haute assemblée.
REPORTERS

Représenté au Conseil d'administration de ladite caisse, le groupe Ecolo-Groen dit avoir tenté en vain de modifier la gestion du fonds de pension en proposant d'instaurer des critères négatifs (interdiction de financement de certains secteurs) et positifs (obligation d'apporter certains soutiens, notamment à l'économie belge).

Les Verts ont pointé pour 54 millions d'euros de valeurs problématiques dans le portefeuille obligataire du Sénat. Il est question du financement du gaz de schiste via "KBC-Energie", l'agriculture intensive génétiquement modifiée (Monsanto via "Petercam Agrifood"), et les climato-sceptiques à travers "European Larges Caps". Le Fonds de pension du Sénat investit également dans des "tracks", placement collectif avec index boursier aggloméré. Ecolo-Groen a notamment repéré le tracker "SPDR S&P 500 ETF" qui finance le nucléaire et la défense (Honey Well international INC), l'armement (Raytheon, Textron defense, Curtiss Wright COR, General Dynamics CORP (Lockheed Martin), fabriquant du F16 actif dans les bombes à fragmentation ou United technologies CORP (UTC).

Enfin, on retrouve également des extracteurs de gaz de schiste (Cabot oil gas, Chesapeake ConocoPhillips, Halliburton et des cigarettiers (Philipp Morris et Lorillard).

Outre l'instauration de critères négatifs et positifs, Ecolo-Groen demande que la Caisse de Retraite des Sénateurs soit soumise à un audit par un organisme spécialisé dans l'évaluation de la durabilité et de l'éthique des placements financiers.

La Caisse de retraite des Sénateurs est chargée du financement de la pensions des anciens sénateurs et sénateurs cooptés mais aussi des ministres du gouvernement fédéral.

Le Sénat attentif depuis des années à rendre ses placements éthiques (Bert Anciaux)

Le Sénat prête attention depuis plusieurs années à rendre les placements de son fonds de pension éthiques, et ce sur la base d'une liste de critères d'exclusion reconnue comme une norme internationale, a affirmé mercredi le sénateur Bert Anciaux (SP.A) sur les ondes de Radio Eén (VRT).

"Si des investissements contraires à l'éthique ont été réalisés - ce que je n'exclus pas - alors il faut les aborder", a commenté Bert Anciaux. "Quand vous investissez pour 200 millions, il y a toujours un risque que des problèmes se présentent." Le socialiste flamand insiste sur le fait qu'un travail est effectué depuis plusieurs années afin de rendre les investissements du fonds plus éthiques.

"Il se peut toutefois qu'un des placements, parmi les dizaines réalisés dans un paquet de quelque 500 entreprises, soit problématique", reconnaît le sénateur, qui affirme être résolu à modifier cette situation.

La sénatrice Elisabeth Meuleman (Groen, photo) estime pour sa part que plusieurs paquets d'investissement regroupent de nombreuses entreprises qui posent problème. Bert Anciaux regrette que les écologistes flamands mettent aujourd'hui ce dossier en avant, alors qu'ils n'ont jamais rien dit au conseil d'administration à ce sujet. Mme Meuleman nuance pour sa part en rappelant que Groen forme un groupe parlementaire avec Ecolo, et qu'un de ses confrères francophones a déjà soulevé ce problème à deux reprises.