Les médicaments à base de cannabis bientôt autorisés

La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) a signé l’Arrêté royal qui permettra dès l’été la distribution et vente légales en Belgique de médicaments contenant du cannabis comme ingrédient. Il s’agit dans un premier temps surtout du Sativex, un spray oral pour les patients qui souffrent de sclérose en plaques. Il contient du tétrahydrocannabinol - ou THC - comme principe actif, qui est aussi présent dans le cannabis.

A la fin de l’an dernier, la ministre de la Santé avait annoncé qu’elle voulait rendre possible la vente de cannabis médical dans les pharmacies. A l’heure actuelle, l’utilisation de cannabis en tant que médicament est uniquement autorisé dans le cadre de la recherche scientifique. Mais l’Arrêté royal signé ce jeudi par Maggie De Block - qui paraîtra à la fin du mois de juin au Moniteur Belge - doit ouvrir la voie à la vente et distribution en pharmacies de médicaments contenant du cannabis comme ingrédient.

Dans un premier temps, il s’agira uniquement du Sativex, un spray oral destiné aux patients souffrant de sclérose en plaques qui ont des spasmes. "Il existe un groupe de patients qui ne réagissent plus à d’autres médicaments. Le Sativex permet de réduire les grosses douleurs", précisait la ministre De Block (photo) ce vendredi dans l’émission "De Ochtend" de la VRT.

Seuls les patients souffrant de sclérose en plaques obtiendront un remboursement pour ce médicament. Les négociations pour fixer ce remboursement et le coût du médicament sont encore en cours, mais devraient aboutir d’ici la fin de l’année.

Les médicaments à base de cannabis ne pourront être achetés que sur prescription médicale. L’achat et la délivrance en deviendront légaux. "Tout dépendra alors de la liberté thérapeutique du médecin, ainsi que de la quantité et de la fréquence de prescription du médicament", précisait la ministre de la Santé publique.

"Pas de place pour les drogues dans notre société"

Le cannabis pur ne peut néanmoins toujours pas être utilisé comme médicament. Les pharmaciens ne sont pas non plus autorisés à utiliser des plantes de cannabis pour en faire des médicaments. Il n’y a donc que le cannabis médical destiné aux patients avec la sclérose en plaques qui est autorisé dans un premier temps.

"Il y a un certain nombre de maladies qui occasionnent des douleurs, comme les rhumatismes et des maladies musculaires. C’est pourquoi de nombreuses recherches sont encore en cours", expliquait Maggie De Block, qui est elle-même médecin généraliste de formation.

La ministre souligne explicitement que l’utilisation du cannabis médical n’a rien à voir avec une tolérance de la drogue. Une éventuelle régularisation générale mais limitée des drogues n’est donc pas en vue. "Je m’en tiens à l’accord de gouvernement, qui précise que les drogues n’ont pas de place dans notre société".