"Que faudra-t-il encore avant que Marghem ne démissionne ?"

La ministre de l'Énergie Marie-Christine Marghem (MR) est de plus en plus souvent critiquée. A présent, c’est au tour du président du VREG, qui réglemente les marchés de l'électricité et du gaz en Flandre qui s’en prend à la ministre "Que faudra-t-il encore avant que la ministre ne démissionne ?" a-t-il déclaré dans une interview au quotidien Het Nieuwsblad.
Jasper Jacobs

Kurt Deketelaere en veut à la ministre Marghem parce qu’elle refuse obstinément de rendre public le contrat conclu avec Electrabel et EDF qui a permis la prolongation de la centrale de Tihange 1.

Le précédent gouvernement avait décidé de prolonger de 10 ans la durée de vie du réacteur Tihange 1 et avait conclu, début 2014, une convention en ce sens avec Electrabel (GDF Suez) et EDF Belgium.

Malgré les pressions de l’opposition, Marie-Christine Marghem a toujours refusé de rendre ce document public.

C’est à présent au tour du président du VREG de mettre la pression sur la ministre. "Il est inconcevable que le gouvernement refuse encore toujours de rendre ce document public. Je me demande comment ils peuvent encore justifier un tel amateurisme. Que faudra-t-il encore avant que la ministre ne démissionne ?" a-t-il déclaré.

Avant d’être président du VREG, Kurt Deketelaere était le chef de cabinet de la ministre flamande de l’Energie Hilde Crevits (CD&V).

De son côté Kristof Calvo, chef de groupe des Verts à la Chambre n’épargne pas la ministre libérale. Kristof Calvo exige qu’elle rende le fameux document public sous peine de le faire à la place de la ministre.

Electrabel n'a "rien à cacher concernant la convention sur Tihange 1"

"Nous n'avons rien à cacher concernant la convention sur le rallongement de la durée de vie de Tihange 1. Nous n'avons pas n'objections à la transparence sur ce sujet", a indiqué la porte-parole d'Electrabel Anne-Sophie Hugé vendredi.

Electrabel réagit ainsi à la convention secrète sur Tihange 1 révélée vendredi par L'Echo. Cette convention indique que l'État s'engage à indemniser Electrabel et EDF s'il ferme Tihange 1 avant 2025.

"Il s'agit effectivement d'une convention qui établit des paramètres économiques concernant le rallongement de la durée de vie du réacteur nucléaire de Tihange 1", poursuit Anne-Sophie Hugé. "C'est un accord entre trois parties, nous n'avons donc rien à cacher à ce sujet."

Selon la porte-parole, l'accord est équilibré. "C'est un investissement considérable de 600 millions d'euros et le risque revient entièrement aux partenaires privés, les propriétaires de la centrale", note-t-elle.