Les maisons flamandes bientôt dotées d’un 'score de mobilité'?

La ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (CD&V) veut mettre en place un système établissant le degré d’accessibilité des habitations. Chaque maison pourrait bientôt être dotée d’un ‘score de mobilité’ (M-score), qui indique sa proximité avec le réseau routier, les transports en commun, ou encore les écoles, les commerces et les hôpitaux.

Plus le score de mobilité est faible, mieux l'habitation est desservie. Concrètement, le score de mobilité est représenté sur une échelle passant du vert au rouge semblable à celle du certificat de performance énergétique.

A travers ce nouveau système, la ministre désire réveiller la conscience des consommateurs lors du choix de leur habitation. D’après elle, le ‘M-score’ peut stimuler les Flamands à opter pour des territoires qui renforcent les noyaux urbains.

A terme, les scores de mobilité pourraient selon Joke Schauvliege être une solution aux problèmes d’embouteillages. Les personnes qui habitent près de tout seraient en effet moins souvent amenées à prendre leur voiture pour se déplacer.

"Si la phase de test se déroule bien, le certificat de mobilité deviendra alors obligatoire", indique la ministre de l’Environnement, qui n’exclut pas le fait que le score pourrait à la longue avoir une influence sur le prix du bien immobilier. "Mais la majoration du prix d’une maison ayant obtenu un bon score sera compensée à terme. Vous n’aurez par exemple pas besoin d’une seconde voiture".

L’Université de Gand se penche actuellement sur un mode de calcul pour définir le score de mobilité d’une habitation. La formule devrait être prête d’ici la fin de l’année. "Nous ne pouvons pas encore dire combien pèsera chaque facteur, mais nous tenons compte aussi bien des facteurs stables que variables", souligne le professeur Sidharta Gautuma du département Traitement de l’Information et la Télécommunication.

"Système kafkaïen"

La proposition de la ministre se heurte à ses partenaires de coalition, l'Open VLD et la N-VA. Gwendolyn Rutten, la présidente des libéraux flamands, a tweeté le message suivant : "La bureaucratie et le paternalisme semblent parfois tenaces. Un test de mobilité pour sa maison : on se croirait dans Kafka".

Le chef de groupe au Parlement flamand pour la N-VA Matthias Diependaele partage cet avis: "Cette mesure ne me semble pas prioritaire. En outre, elle paraît condescendante. Les gens sont tout de même capables d'estimer la distance entre leur habitation et leur travail ou école ?".