Le prix des pommes de terre va-t-il grimper ?

Si le temps assez frais et sec persiste encore pendant plusieurs jours, la récolte des tubercules sera décevante et les prix pourraient augmenter de façon exponentielle, met en garde Romain Cools, le secrétaire général de Belgapom, l’association du négoce et de la transformation belges de pommes de terre.
© Roddy Paine - www.belgaimage.be

Les prix des pommes de terre belges avaient atteint un record en 2013, grimpant jusqu'à 350 euros par tonne. L'an dernier, des conditions météorologiques idéales ont permis une récolte volumineuse, mais qui a également entrainé une chute des prix en raison de l'offre excédentaire.

Il y a deux mois, une tonne de bintjes s'élevait à 25 euros, contre 100 euros actuellement. Les producteurs n'en sont pas mécontents, surtout ceux qui ont des provisions. Mais si la sécheresse perdure, ralentissant la croissance des pommes de terre, ils ne pourront pas livrer à temps la prochaine récolte.

Les entreprises qui transforment la patate ont également intérêt à voir arriver la pluie, puisqu'environ 90% de la récolte belge est transformée en produits surgelés. Les 10% restants demeurent dans les champs jusqu'au développement d'une peau solide. Ils sont ensuite stockés dans des entrepôts, à une température de 8 à 10 degrés.