"Les ennemis d’hier sont devenus de solides alliés"

Les autorités belges, de hauts représentants des pays voisins et leurs familles royales, des descendants des chefs d’armées qui se sont affrontés le 18 juin 1815 à Waterloo ont commémoré solennellement au pied de la Butte du Lion le bicentenaire de la bataille historique pour la Belgique et toute l’Europe. Une cérémonie protocolaire autour du roi Philippe et de la reine Mathilde, qui s’est déroulée dans un esprit d’unité, de paix et de réconciliation, a souligné le Premier ministre Charles Michel.

"Plus qu'une bataille, c'est une réconciliation que je veux célébrer aujourd'hui", déclarait le Premier ministre Charles Michel dans un discours prononcé en français, néerlandais et anglais devant le roi Philippe et la reine Mathilde, le couple royal des Pays-Bas, les Grands-Ducs du Luxembourg, le prince Edward, cousin de la reine d'Angleterre, et lieutenant-colonel des Royal Scotts Grey - une unité de cavalerie qui s'est distinguée dans la plaine brabançonne le 18 juin 1815 -, ainsi que les descendants des chefs d'armées de l'époque - l'actuel duc de Wellington, le prince Jean-Christophe Napoléon et le prince Blücher von Statthalter.

"Waterloo illustre ce processus par lequel des forces ennemies s'affrontent avec acharnement et vont engendrer un choc tragique. Et c'est ce choc, si violent, qui rendra possible, plus tard, une unité plus vaste et une harmonie plus solide. Cette réalité, c'est le projet européen", a ajouté Charles Michel. "Les ennemis d’hier sont devenus de solides alliés".

La France, vaincue à Waterloo, et l'Allemagne, héritière de la Prusse qui a joué un rôle décisif dans la bataille, n'étaient toutefois représentés jeudi que par leurs ambassadeurs respectifs en Belgique. Le Néerlandais Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, a lui aussi lancé un message de paix et d'unité en Europe. "Rapprocher les peuples d'Europe est notre destinée", a-t-il insisté.

Poignée de mains symbolique

Après le dépôt d'une gerbe de fleurs et une minute de silence en mémoire des quelque 15.000 hommes morts à Waterloo (et 40.000 blessés), les descendants du duc de Wellington, du maréchal Blücher et de l’empereur Napoléon ont échangé une poignée de mains symbolique (photo), sous les applaudissements du public.

De manière sobre mais créative, quatre longues bandes de tissus de couleur bleue, noire, orange et rouge, symbolisant les quatre principaux pays belligérants de 1815, ont été déployées du sommet vers la base à la butte du Lion.

Quinze coups de canon ont ensuite retentis dans le ciel brabançon, avant que la fanfare militaire ne joue l'hymne européen, puis la Brabançonne. Cette cérémonie protocolaire marquait le coup d'envoi officiel des commémorations du bicentenaire de la Bataille de Waterloo, qui s'étendront jusqu’à dimanche.