Le roi Philippe fait docteur honoris causa à Wuhan

Les souverains belges et l’importante délégation qui les accompagne en visite d’Etat en Chine sont à Wuhan, première étape du voyage et deuxième ville la plus peuplée du pays. Le roi Philippe s’est exprimé devant les étudiants et autorités académiques de l’université, évoquant notamment la coopération universitaire et la sécurité sociale. Alors que la visite d'Etat du roi a marqué une étape symbolique importante dans la création du premier incubateur chinois d'entreprises en Europe, le réalisateur Franco Dragone va officialiser en Chine un contrat de 1,5 milliard d’euros.

Le roi Philippe (photo d'archives) a été fait ce lundi docteur honoris causa de l'université de Wuhan, première étape de sa visite d'État en Chine. S'exprimant en anglais devant les étudiants et les autorités académiques, il a évoqué divers sujets de coopération universitaire, dont celui de la sécurité sociale. Le chef de l'État avait déjà abordé ce domaine avec le président chinois Xi Jinping lors de la visite de celui-ci en Belgique l'an dernier.

"Les systèmes de protection sociale peuvent avoir un impact majeur sur le développement social et économique d'un pays. La protection sociale est un outil essentiel dans la lutte contre la pauvreté et l'inégalité, et dès lors une clé pour une croissance durable et inclusive", a expliqué le roi. Les deux chefs d'État avaient décidé d'échanger des informations sur les réformes menées dans leurs pays respectifs l'an passé.

La Belgique est l'un des États qu'étudie la Chine en vue de développer son système. Le ministre chinois compétent s'est déjà rendu dans le royaume tandis qu'une équipe de spécialistes belges, dont le président de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami), Jo De Cock, est allée en Chine.

Mercredi, le roi s'entretiendra lors d'un dîner privé avec le président chinois. Il a réservé à la Chine sa première grande visite d'Etat. Il n'en est pas à son premier déplacement dans l'Empire du Milieu. En 1986, il y a accompli un voyage privé, suivi de plusieurs missions économiques. Il a également assisté aux Jeux Olympiques de Pékin.

Etape importante pour l’incubateur de Louvain-la-Neuve

La visite d'Etat a marqué une étape symbolique importante dans la création du premier incubateur chinois d'entreprises en Europe. Les différents acteurs de ce dossier ont eu l'occasion de se rencontrer lundi à Wuhan (photo) - capitale de la province de Hubei, jumelée avec la Wallonie - avant que ne commencent, au mois de septembre, les travaux de construction du China Belgium Technology Center (CBTC) à Louvain-la-Neuve, dans le parc scientifique de l'Université catholique de Louvain.

L'investissement s'élève à 200 millions d'euros. Le centre s'étendra sur 8,3 ha et emploiera 1.500 personnes, belges et chinoises. Le projet a été initié en avril 2010 par le Wuhan East-Lake Hi-Tech Innovation Center (WHIBI), expert dans la gestion d'incubateurs en Chine depuis 1987, et le parc scientifique de Louvain-la-Neuve. L'ambition du CBTC est de faire de Louvain-la-Neuve une "intelligence valley" pour les entreprises chinoises et belges. Cinq domaines de recherche seront privilégiés: les bio- et nanotechnologies, l'informatique, les télécommunications et le développement durable.

L'incubateur fonctionnera sur le principe de l'"innovation ouverte", c'est-à-dire la collaboration entre des entreprises de taille moyenne pour développer de nouveaux produits, et l'"incubation croisée", soit la promotion d'accords scientifiques, technologiques et d'affaires entre des entreprises belges et chinoises, ainsi que l'ouverture du marché chinois aux entreprises wallonnes. Les entreprises qui souhaitent se développer en Chine bénéficieront du réseau d'incubateur de WHIBI. En plus de l'incubateur, un hôtel et 300 logements seront construits.

Contrat de 1,5 milliard d’euros pour Franco Dragone

Le metteur en scène et homme d’affaires louviérois Franco Dragone (photo) et son partenaire chinois, le Dalian Wanda Group, officialiseront mercredi un contrat cadre qui porte sur l'organisation de six spectacles en Chine pour un montant d'1,5 milliard d'euros. Cette signature aura lieu en présence du roi Philippe.

Au mois de décembre, le metteur en scène a ouvert un premier théâtre à Wuhan, ville du magnat chinois de l'immobilier Wang Jianlin, pour y jouer le "Han Show". Un deuxième théâtre sortira de terre cette année à Xishuangban. D'ici 2020, des nouveaux lieux verront le jour non seulement en Chine - le nom des villes demeure confidentiel -, mais aussi à Dubaï et en Indonésie. A cette échéance, Dragone espère toucher 10 millions de spectateurs à travers 12 shows permanents, pour une recette en billetterie (box office) de 500 à 600 millions d'euros par an.

Lundi soir, le couple royal belge assistera au "Han Show" à Wuhan.