Le port d'Ostende et son CEO coupables de la mort d'un étudiant jobiste

Le tribunal correctionnel de Bruges a déclaré mercredi le port d'Ostende et son administrateur-délégué, Paul Gérard, coupables de la mort accidentelle d'un étudiant jobiste. Un jeune homme de 17 ans originaire de Bredene avait perdu la vie après avoir été victime de l'explosion d'une bouée en plein visage. Paul Gérard écope d'une peine de prison de trois mois avec sursis.

Le 28 août 2013, Kenny Maenhoudt prestait son dernier jour en tant qu'étudiant jobiste au port d'Ostende. Le jeune homme a alors été victime de l'explosion d'une bouée, recevant le couvercle en plein visage. La victime a succombé à ses blessures quelques jours plus tard à l'hôpital.

Paul Gérard et la Régie communale autonome du port d'Ostende étaient prévenus de plusieurs infractions. Il n'y a notamment jamais eu la moindre analyse de risques et aucun contact n'a été pris avec des conseillers en prévention. Il leur est également reproché d'avoir autorisé le jeune homme à effectuer un travail dangereux, à savoir le démontage d'une bouée, alors qu'un risque d'explosion existait. Il est également apparu que l'étudiant n'avait pas reçu d'instructions sur la manière de réaliser sa tâche.

Le juge a condamné Paul Gérard, 64 ans, à une peine de prison de trois mois avec sursis et une amende de 600 euros. Le directeur technique Johan B. a écopé de 600 euros d'amende, tandis que la Régie communale autonome du port d'Ostende devra payer 6.000 euros d'amende. Deux autres prévenus ont été acquittés.

La défense soutenait que l'explosion de la bouée n'était pas prévisible. Dirk C., qui travaillait dans le même atelier, aurait coupé un fil de la batterie de la bouée. Sans ce fil coupé, la bouée n'aurait pas explosé, selon l'avocat du port. La défense demandait dès lors l'acquittement du port, de son administrateur-délégué et de son directeur technique.

Dirk C., cependant, a toujours nié avoir coupé ce fil. Les circonstances de l'explosion n'ont pas pu être clairement élucidées. Le travailleur, en tout état de cause, n'occupait aucune fonction à responsabilité. Il a été acquitté, tout comme un sous-traitant.

"Je trouve que les sanctions sont douces, mais les considérations du jugement, elles, sont sévères", a réagi Koen Van Zandweghe, l'avocat de la famille de la victime. Pour lui, Paul Gérard ne peut plus rester en fonction après un tel jugement.