La technologie médicale belge à l’honneur à Shanghai

Dans le cadre du voyage d’Etat des souverains belges en Chine, la reine Mathilde (photo de mercredi) a visité ce jeudi le 9e Hôpital de Shanghai, spécialisé dans la chirurgie orale et maxillofaciale. La technologie de pointe qui y est utilisée est originaire de la société "Materialize" de Louvain (Brabant flamand), spécialisée dans le développement de logiciels médicaux et d’impression en trois dimensions.

Fondée en 1990, l'entreprise de Haasrode travaille depuis longtemps avec le 9e Hôpital et a installé à Shanghai un centre de recherche et de développement. Sur un total de 7.000 cas de chirurgie orale et maxillofaciale par an, près de 1.000 ont été traités par le biais de la technologie de Materialize qui permet d'établir une planification précise des interventions et ainsi guérir ou considérablement réduire des difformités de la bouche et de la mâchoire.

Logopède de formation, la reine a assisté à une démonstration du logiciel avant de rendre visite à deux jeunes patients sous l'œil des photographes et des caméras.

Cotée au Nasdaq, Materialize occupe 1.200 personnes dans le monde, dont 400 en Belgique. Sa technologie est utilisée dans le monde entier. Le président de la société, Peter Leys, s'est réjoui de la visite de la reine qui permettra, selon lui, de favoriser encore les relations futures avec les partenaires chinois.

Zeebrugge : porte d’accès à l'Europe

La douane belge a signé mercredi à Pékin une déclaration d'intention avec les autorités portuaires de Zeebrugge et la société d'investissement chinoise Xuanshu International en vue de faire de Zeebrugge une porte d'accès européenne importante pour des marchandises chinoises, annonçait ce jeudi le ministère des Finances.

La signature de ce projet baptisé "China Gateway-Zeebrugge Trade Zone" est intervenue dans le cadre de la visite d'Etat du roi Philippe et des trois ministre-présidents flamand, wallon et bruxellois en Chine. Cette visite s'accompagne d'un important volet économique.

Le projet prévoit que la douane belge s'engage à remplir de manière optimale son rôle de facilitateur et à mettre en œuvre des procédures et des systèmes douaniers innovants tout en restant dans les limites du cadre légal.

"Ce projet s'avère très prometteur à de nombreux égards, dont le non négligeable développement du port de Zeebrugge et l'accroissement de l'offre d'emplois dans ce port", se réjouit le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt.

Pierre Marcolini se lance en Chine

Le chocolatier belge Pierre Marcolini (photo archives) va s'implanter en Chine. La maison qu'il a fondée en 1995 a signé jeudi, à Shanghaï en présence du roi Philippe, un accord de partenariat avec l'investisseur chinois EverYI Capital. Le premier magasin devrait ouvrir ses portes au début de l'année prochaine.

L'entièreté de la production pour le marché chinois se fera dans les ateliers bruxellois de la Maison, qui emploient 60 personnes et ont été agrandis en vue de ce développement.

L'expansion internationale du chocolatier a commencé au Japon en 2001 et s'est poursuivie à Paris en 2009 et Londres en 2013. Le groupe compte aujourd'hui une vingtaine de boutiques en Belgique, à Paris, Londres et Monaco, ainsi que plus d'une dizaine de points de vente au Japon. Son chiffre d'affaire globalisé s'élève à 40 millions d'euros.

Pierre Marcolini se donne le temps de pénétrer le marché chinois. "Je veux d'abord essayer de comprendre cette culture qui n'est pas chocolat, comprendre la sensibilité chinoise", a-t-il expliqué. Le chocolatier ne veut toutefois pas dénaturer sa production. "Dans les 250 produits qui sont les nôtres, nous ferons un choix, comme nous l'avons fait au Japon, où ça a marché", a ajouté le chocolatier de 50 ans.