Attentats : condoléances belges à la France et la Tunisie

Le Premier ministre Charles Michel, le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders, mais aussi le roi Philippe et la reine Mathilde ont présenté les condoléances de la Belgique à la suite des attentats survenus ce vendredi à Lyon (France) et à Sousse (Tunisie, photo). Le premier a fait un mort et 2 blessés, le second au moins 37 morts. Les deux ministres dénoncent les "actes de barbarie". Quatre Belges figurent au nombre des blessés légers à Sousse. Alors que Jetair va rapatrier ses vacanciers de Tunisie, le ministère des Affaires Etrangères déconseille aux Belges de voyager vers la Tunisie.

Selon le ministère tunisien de l’Intérieur, deux hommes armés auraient ouvert le feu sur des touristes qui se trouvaient sur la plage à El Kantaoui, près de Sousse, en Tunisie. Deux hôtels donnent sur cette plage, dont l’un est l’Impérial Marhaba, qui fait partie de la chaîne espagnole Riu. Toujours d’après le ministère tunisien, l’attaque aurait fait 28 victimes, et l’un des deux agresseurs a été abattu par les services de sécurité. Les médias tunisiens parlent par contre de quatre agresseurs.

En soirée, le bilan de l'attaque était déjà monté à 37 morts. Ce vendredi soir, l’identité des victimes n’était pas encore connue. Mais il est très probable qu’il s’agisse de touristes étrangers. Sousse est en effet une destination très prisée par les touristes tunisiens et étrangers, à l’est de la Tunisie et au sud de la capitale Tunis. A l’hôtel Impérial Marhaba logeaient 51 Belges.

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (photo), ne disposait encore d'aucune indication ce vendredi soir sur d'éventuelles victimes belges, indiquait-il depuis Shenzen en Chine, où il accompagne les souverains belges en visite d’Etat. "J'ai appris avec stupeur l'attentat commis en Tunisie. Ce pays en transition n'a pas besoin de se retrouver dans une telle situation", a ajouté le chef de la diplomatie belge.

En début de soirée, les Affaires Etrangères indiquaient que 4 blessés légers de nationalité belge figurent parmi les victimes. Il s'agirait de deux couples originaires de Verviers et de Namur.

Le Service public fédéral Affaires étrangères a ouvert deux lignes téléphoniques pour informer les familles des Belges qui se trouvent en Tunisie. Il s'agit du 02/501.40.01 (en français) et du 02/501.40.00 (en néerlandais).

Un communiqué du Palais royal indiquait également ce vendredi que, depuis la Chine, "leurs Majestés le Roi et la Reine ont présenté au Président de Tunisie leurs plus vives condoléances suite au cruel attentat perpétré ce midi dans un hôtel à Sousse. Sachant que des touristes belges séjournent dans la région, le Roi et la Reine suivent la situation de près et sont en contact avec le Ministre des Affaires étrangères. Ils sont en pensées avec la nation tunisienne et avec les familles et les proches de toutes les victimes. Le Roi et la Reine leur souhaitent beaucoup de force et de courage dans ces moments de douleur et de deuil".

"L’Europe doit lutter contre la barbarie"

Depuis le sommet européen à Bruxelles, le Premier ministre Charles Michel a présenté "au nom du gouvernement et de la population belges nos condoléances et notre vive émotion à la suite des attentats" qui ont visé la France et la Tunisie vendredi matin. "Ce sont encore une fois des actes de barbarie, des actes profondément écœurants", a commenté Michel, en rappelant que "ce n'est malheureusement pas la première fois" que l'Europe et la Tunisie sont touchées par de tels actes de violence.

"Nous étions avec le président français François Hollande" quand les premières nouvelles d'une attaque dans une usine près de Lyon lui sont parvenues, a précisé le Premier ministre. La lutte contre le terrorisme figurait à l'ordre du jour de ce second jour de sommet européen, notamment consacré à la sécurité et la défense. "C'est la démonstration que l'ensemble des gouvernements doivent travailler main dans la main", car "plus aucun pays en Europe, mais pas uniquement en Europe non plus, n'est à l'abri", a ajouté le chef du gouvernement fédéral.

L’attentat perpétré vers 10h ce vendredi dans une usine à gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier près de Lyon, en France, a fait un mort et deux blessés. Une voiture a roulé vers le terrain de l’usine et des bouteilles de gaz ont été jetées.

La victime mortelle de l’attaque est un homme qui a été décapité et dont le corps a été retrouvé sur le site de l’usine Air Products (photo). Sa tête avait été attachée à la clôture de l’usine, à côté de banderoles avec des inscriptions en arabe. L’attentat n’avait pas été revendiqué ce vendredi dans l’après-midi, mais on a appris que la victime était le patron de l’auteur présumé, qui effectuait des livraisons pour lui.

Cet auteur présumé - un homme d’une trentaine d’années qui n’avait pas de casier judiciaire - et une autre personne ont été interpellés. L’épouse du premier a également été interpellée plus tard dans la journée et des perquisitions ont été menées à leur domicile.

Entretemps, la sécurité a été renforcée sur des sites industriels Seveso en France, mais aussi en Belgique, à la suite de l’attentat perpétré près de Lyon.