La Croix-Rouge mobilisée pour aider les Belges en état de choc

Le service d'intervention psychosociale (Sisu) de la Croix-Rouge de Belgique a été appelé par le SPF Santé Publique pour soutenir les touristes belges présents sur les lieux de l'attentat perpétré en Tunisie, indique samedi l'association.

Deux membres du Sisu se sont rendus à l'aéroport de Liège samedi vers 00h30 pour accueillir les premiers touristes rapatriés. Parmi eux, se trouvaient des "vacanciers belges qui étaient sur la plage durant l'attentat de Sousse ou dans les hôtels proches. Tous étaient fortement choqués par ce qu'ils avaient vécu et souhaitaient rentrer au plus vite au pays", rapporte la Croix-rouge. Des messages ont été diffusés en trois langues.

Le Sisu et le SPF Santé Publique proposent que les voyageurs affectés par l'attaque appellent à partir de lundi le numéro 105 et y laissent leur coordonnées afin d'être recontactés pour recevoir un appui dans une forme qui sera déterminée prochainement.

"Nous sommes en train d'ajuster la forme de notre intervention", explique Olivier Nyssens, coordinateur du Sisu. "Nous allons mettre de l'information à disposition des tours-opérateurs. Mais c'est surtout dans les prochains jours que nous serons utiles. A leur arrivée en Belgique, les touristes sont accueillis par leurs proches et ce n'est pas vraiment le moment pour la Croix-Rouge de s'interposer", ajoute-t-il.

Les personnes témoins d'un événement dramatique subissent souvent un contrecoup par après. "Il ne faut pas minimiser leur effroi mais faire preuve de compréhension. Certains ont vu la mort de près. Il faut parfois plusieurs jours, voire semaines, pour intégrer une telle expérience", souligne Olivier Nyssens. Ces victimes, même si elles n'ont pas de séquelles physiques, "peuvent avoir désormais le sentiment d'être des survivants".