40 millions d’euros pour lutter contre le terrorisme

A l’issue d’un entretien lundi avec le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, le Belge Gilles de Kerchove, le Premier ministre Charles Michel (photo principale) a annoncé que le gouvernement fédéral débloquera 40 millions d’euros supplémentaires pour lutter contre le terrorisme, les extrémistes et les phénomènes de radicalisation en Belgique. Michel promet également un soutien à la Tunisie, notamment.

La décision de débloquer ces moyens supplémentaires a été prise jeudi dernier, lors du conseil des ministres. Dimanche, le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), annonçait que 4 millions d'euros vont être utilisés dans le but de concrétiser des "mesures techniques de sécurité" dans les quartiers et institutions juifs à Bruxelles et Anvers. Ce montant est inclus dans les 40 millions d'euros destinés à renforcer la sécurité de manière générale.

"Ces fonds seront affectés à l'acquisition de matériel, mais également aux moyens humains", a expliqué Charles Michel. Il a insisté sur l'équilibre délicat à trouver entre la nécessité d'assurer la sécurité d'une part et le respect des droits individuels et de la vie privée d'autre part.

"Il faudra faire preuve d'efficacité et respecter les droits individuels", a précisé le Premier ministre. "La Belgique joue un rôle important dans la prévention et la lutte contre la radicalisation", s'est félicité de son côté le coordinateur européen pour la lutte contre le terrorisme, le Belge Gilles de Kerchove (photo). Il appelle les Etats européens à prendre le problème à bras le corps en intensifiant la coopération entre eux et en utilisant les agences comme Europol.

Aider la Tunisie et le Maroc

Le coordinateur européen plaide également en faveur d’un renforcement des liens avec les pays du sud de la Méditerranée. "Des pays comme le Maroc et la Tunisie sont également frappés. Ils demandent de l'aide et nous devons y répondre au plus vite".

Charles Michel a affiché sa détermination à faire partie de l'avant-garde en la matière. Il a ainsi indiqué avoir eu des contacts avec son homologue britannique David Cameron dimanche, pour envisager les améliorations concrètes qui peuvent être rapidement mises en œuvre, notamment dans le cas de la Tunisie.

D’après Charles Michel, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont déjà promis de soutenir la Tunisie, le Maroc et l’Algérie dans leur lutte contre le terrorisme.