Varoufakis ne manquera pas à son homologue belge

Yanis Varoufakis, le ministre grec démissionnaire des Finances, ne manquera pas à son homologue belge Johan Van Overtveldt (N-VA). "Tant son comportement que ses déclarations ne rendaient pas les choses faciles pour lui-même et pour ses collègues européens", a-t-il réagi ce matin dans l’émission ‘De Ochtend’ sur Radio 1 (VRT).

Yanis Varoufakis a annoncé ce matin sa démission en tant que ministre des Finances, en dépit de la victoire du 'non' au référendum dimanche en Grèce pour lequel il faisait campagne. Dans son annonce, faite via son blog, il affirme avoir été informé de la préférence de plusieurs partenaires au sein de la zone euro pour son "absence" aux réunions de l'Eurogroupe.

C'est que le comportement flamboyant de Yanis Varoufakis irritait de nombreux ministres européens. Sa récente déclaration lors de laquelle il avait comparé les créanciers à des terroristes fut sans doute la goutte de trop.

"Tant son comportement que ses déclarations ne rendaient pas les choses faciles pour lui-même et pour ses homologues européens. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’était pas agréable de l’entendre plus ou moins traiter ses collègues de terroristes", a commenté le ministre belge des Finances (photo) sur les ondes de Radio 1.

"De temps à autres il faisaient également des déclarations remarquables, par exemple en disant que la Banque centrale européenne inventait des règles qu’elle adaptait en chemin. Cela ne témoigne pas d’un grand sérieux. Il présentait parfois la réalité d’une manière particulièrement étrange", estime encore Johan Van Overtveldt qui n’appréciait pas non plus "la façon dont Varoufakis véhiculait des messages".

Reste à voir si le nouveau ministre en charge aura plus de succès auprès de ses collègues de l'Union. Euclide Tsakalotos, professeur d'économie de 55 ans, en charge des affaires économiques internationales, serait apparemment une personnalité beaucoup plus discrète que le décapant ministre sortant.