Grève des conducteurs de trains du SACT tous les samedis de l'été

Les affiliés du syndicat autonome des conducteurs de train (SACT) ont voté à l'unanimité le maintien du préavis d'actions pour tous les samedis compris entre le 18 juillet et le 29 août. "Le SACT est un syndicat corporatiste qui prend en otage les voyageurs", a réagi la ministre Jacqueline Galant (MR).
Nicolas Maeterlinck

Les conducteurs de train affiliés au syndicat observeront donc des arrêts de travail tous les samedis, de trois heures du matin jusqu'à trois heures du matin les dimanches, entre le 18 juillet et le 29 août.

Le syndicat, qui ne siège pas en commission paritaire et affirme représenter un tiers de 3 800 conducteurs de train, revendique de meilleures conditions salariales et dénonce entre autres des conditions de travail particulièrement difficiles pour les conducteurs.

La ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, a jugé "irréalisables, inacceptables et irresponsables" les revendications du syndicat autonome des conducteurs de train (SACT). Celui-ci a confirmé vendredi après-midi le maintien de son préavis d'actions pour tous les samedis compris entre le 18 juillet et le 29 août, après une réunion non concluante avec la filiale de ressources humaines de la SNCB, HR Rail, mercredi.

"Le SACT est un syndicat corporatiste qui prend en otage les voyageurs", a réagi la ministre Galant dans l'après-midi, alors qu'elle présentait sa "vision stratégique pour le rail en Belgique".

La SNCB déplore elle aussi ce genre d'actions "qui pénalisent directement les gens qui veulent se rendre à la Côte", ils étaient plus d'1,5 million l'an dernier. Les chemins de fer conseillent dès à présent aux usagers de se renseigner avant de se rendre en gare les prochains samedis et assurent qu'ils feront leur maximum pour limiter l'impact des perturbations. Des perturbations difficiles à évaluer puisque "la situation dépendra du type d'actions menées par le syndicat mais également du suivi du mouvement".

Le plan de modernisation de la SNCB approuvé en Conseil des ministres

La SNCB et Infrabel devront améliorer leur productivité de 4% par an, au cours des cinq prochaines années. Voilà ce qui figure notamment dans le plan de modernisation des chemins de fer élaboré par la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galan (MR), approuvé ce vendredi en Conseil des ministres.

L’objectif de Jacqueline Galan est de rendre la SNCB et Infrabel plus moderne et d’augmenter leur efficacité.

Il faudra que cela se fasse avec moins de moyens, car Jacqueline Galan a aussi l’intention de diminuer la dotation de la SNCB dès 2019.

La ministre laisserait aux directions des deux entités le soin de définir les mesures à prendre pour y parvenir. Mais elle avancerait certaines pistes comme une plus grande flexibilité, la réduction du personnel administratif, une nouvelle organisation du travail et une révision du statut davantage basé sur le mérite que sur l'ancienneté. 

Plus de places assises et internet dans les trains

La ministre demande aussi de réduire le nombre de tarifs, et de titres de transport. Elle voudrait aussi que les billets de train puissent être achetés via de nouveaux canaux comme les marchands de journaux et les administrations publiques.

La ponctualité est le point important de ce plan. Les trains doivent être à l’heure dans au moins 90% des cas, il faut que la SNCB atteigne cet objectif pour la fin de la législature, en 2019. D’ici cette période tous les trains devraient aussi être équipés de la wifi.

D’ici 2030, il devrait aussi y avoir 160.000 places assises supplémentaires dans les trains.

Clé de répartition

Finalement la clé de répartition de 60/40 en faveur de la Flandre est maintenue. Un groupe de travail examinera si cette clé doit être supprimée dans les années à venir, mais dans les cinq ans elle est maintenue.