Le groupe Kinepolis rachète les complexes Utopolis

Le groupe Kinepolis a conclu un accord de principe pour le rachat des cinémas de la société Utopolis, qui dispose de treize complexes dans quatre pays, annonce Kinepolis vendredi.

Utopia SA exploite trois complexes au Grand-Duché de Luxembourg, cinq aux Pays-Bas, quatre en Belgique (Malines, Turnhout, Aarschot et Lommel) et un en France.

Le groupe a accueilli 3,4 millions de visiteurs l'année passée pour un chiffre d'affaires de 41 millions d'euros et un ebitda de 7,5 millions d'euros.

La reprise est encore conditionnée par l'achèvement d'une enquête diligente. En ce qui concerne le rachat des complexes sis en Belgique, Kinepolis demandera l'autorisation de l'Autorité belge de la concurrence.

"Le rachat visé du groupe Utopolis s'inscrit dans la stratégie d'expansion de Kinepolis Group, qui renforce ainsi sa position en France et aux Pays-Bas, et qui ajoute avec le Luxembourg un nouveau marché géographique à son portefeuille", commente Kinepolis dans un communiqué de presse.

Deficom pourrait reprendre Imagix

Et puis, selon le journal l’Echo, le groupe Deficom, un fond d’investissement basé à Bruxelles dirigé par l’homme d’affaires liégeois Philippe Lhomme reprendrait les complexes de cinéma Imagix à Mons et à Tournai qui appartiennent à la famille Carpentier.

"Des tractations sont en cours mais rien n'est signé", indique-t-on chez Deficom à la suite d'un article paru vendredi dans l'Echo, selon lequel Philippe Lhomme (Deficom) et Jan Staelens (Roularta et ex-Kinepolis) reprendront les complexes cinématographiques Imagix, appartenant à la famille Carpentier, situés à Mons et Tournai.

D'après L'Echo, les deux hommes d'affaires ont déjà travaillé ensemble sur le projet Kinepolis en Pologne. La famille Carpentier n'est pas opposée à la vente.

Selon L'Echo, le fondateur d'Imagix, Hubert Carpentier (78 ans), souhaite céder ses deux complexes cinématographiques pour des questions de succession. "Tout est toujours à vendre ou à acheter", a commenté le patriarche de la famille Carpentier dans les colonnes de L'Echo.

Philippe Lhomme et Jan Staelens, qui ont créé ensemble la société I-Magix (détenue à 50% par Deficom et à 50% par QiQ Cinéma), pourraient donc reprendre la gestion des deux complexes cinématographiques Imagix situés en Hainaut.

Les deux complexes accueillent chaque année entre 1,3 et 1,5 million de cinéphiles dans 24 salles obscures. Les complexes Imagix de Tournai et de Mons sont détenus à 100% par la famille Carpentier, apparentée à Albert Bert, con-fondateur de la société Kinepolis.