"Pourquoi un Africain ne pourrait-il pas être nationaliste flamand?"

En cette journée de Fête de la Communauté flamande, le député N-VA Peter De Roover a explicitement ouvert la porte du nationalisme flamand aux personnes d’origine étrangère. Dans les colonnes de la Gazet van Antwerpen, il qualifie le 11 juillet de jour de fête pour tous ceux qui estiment que la Flandre est une communauté politique.

Si le 11 juillet commémore la bataille de Courtrai de 1302, connue sous le nom de bataille des éperons d’or, cette date célèbre avant tout la Communauté flamande. Pour Peter De Roover, cette dernière est particulièrement large. "Dans ce contexte, le 11 juillet est un jour de fête pour tous ceux pour qui la Flandre représente une communauté politique".

"Personnellement, je me sens davantage lié aux Marocains qui se sont installés ici de façon permanente qu’aux Flamands autochtones partis vivre en Argentine pour y construire une nouvelle vie", indique-t-il dans le quotidien.

Le député fédéral tend ouvertement la main à la communauté étrangère : "Pourquoi un Africain ne pourrait-il pas être nationaliste flamand ? Et pourquoi une personne d’origine allochtone ne pourrait-elle pas porter un pin’s représentant un lion ?".

Peter De Roover tente de libérer le Mouvement flamand du sombre passé qui l’entache. "Beaucoup de gens sont effrayés par les symboles tels que le Lion de Flandre, alors que ce n’est pas du tout un symbole raciste", déclare-t-il. "Lors de cette dernière décennie, la pensée flamande a hélas été piratée par le Vlaams Belang".

"Il me semble surtout important de se tendre la main les uns les autres et de s’entraider à briser les barrières", souligne-t-il, ajoutant que "les efforts sont toutefois nécessaires des deux côtés".