Grèce: "Il ne faut pas crier victoire trop vite"

Le Premier ministre Charles Michel s'est montré, samedi, raisonnablement optimiste sur la conclusion, durant le week-end, d'un accord sur le maintien de la Grèce au sein de la zone euro, à quelques heures d'un nouveau sommet de l'Eurogroupe et à la veille d'un autre des chefs d'Etat et de gouvernement de l'eurozone, puis de l'ensemble de l'Union européenne.

"Nous pensons qu'il y a un pas dans la bonne direction qui a été fait, mais on n'y est pas encore", a affirmé Charles Michel (photo) en marge des célébrations de la Fête de la Communauté flamande à Bruxelles.

"J'espère que les prochaines heures seront l'occasion pour chacun de continuer à rapprocher les points de vue afin qu'il y ait un accord et de la stabilité", a ajouté le chef du gouvernement fédéral.

"Il ne faut pas crier victoire trop vite, il a y encore du travail dans les heures qui viennent, probablement cet après-midi, probablement demain (dimanche) afin de définir une trajectoire qui puisse être, je l'espère, une trajectoire optimiste pour l'avenir", a encore dit M. Michel.

Le Premier ministre a encore tenu durant la nuit de vendredi à samedi des conversations téléphoniques avec son homologue néerlandais Mark Rutte et la chancelière allemande Angela Merkel.