Le port d’Anvers va aider le port de Bakou à se développer

Le port d'Anvers va assister la capitale azerbaïdjanaise Bakou dans le développement de ses infrastructures portuaires. Deux filiales de l’administration portuaire anversoise y établiront des entraînements, des formations et y apporteront leur assistance.

Bakou se situe sur la mer Caspienne et va devenir "un jalon important dans le développement de la nouvelle 'Route de la Soie' qui doit relier la Chine à l'Europe via la terre", explique jeudi l'administration portuaire anversoise.

La direction du "Baku International Sea Trade Port" a signé mercredi un accord avec le "Port of Antwerp International" et le "Antwerp Port Training Center" deux filiales de l'administration portuaire anversoise, qui établiront des entraînements, formations et assistances pour le développement du port caucasien.

La construction du International Sea Trade Port a débuté en 2010. Dans une première phase, les autorités azerbaïdjanaises ambitionnent de faire augmenter le volume de trafic à 10 millions de tonnes et 50.000 containers par an. Dans la seconde phase, l'objectif est de passer à 17 millions de tonnes et 150.000 containers, avant d'arriver à 25 millions de tonnes et un million de containers par an.

"Un autre point important dans les projets de Bakou est la mise en place d’une centre logistique. Il devra dans un premier temps offrir de la place pour 100.000 containers. Les chargeurs devront pouvoir s’y rendre pour toute une série d’activités", indique-t-on côté anversois.