"La VRT doit renforcer sa collaboration avec les autres médias flamands"

Le ministre flamand des Médias Sven Gatz (Open VLD) présentait hier soir en conseil des ministres du gouvernement flamand, les grands principes qu’il défendra dans les négociations en vue du nouveau contrat de gestion de la VRT. Interrogé par cotre collègue Marc Van de Looverbosch, le ministre a estimé que les missions de la chaîne publique devaient s’appuyer sur deux piliers : renforcer la société et le marché des médias.

En automne, débuteront les négociations entre la VRT et le ministre des Médias Sven Gatz sur le nouveau contrat de gestion de la chaîne publique pour les cinq prochaines années.

Dans les grandes lignes, le gouvernement flamand attend de la VRT, qu’elle renforce la société, d’une part et le marché des médias flamand d’autre part.

Cela implique, selon Sven Gatz, que la VRT se concentre sur ses missions essentielles, à savoir une mission d’information, de culture, de pluralisme et de réalisation de documentaires.

A côté de cela, la VRT doit également participer au renforcement du marché des médias flamands. Comment, la VRT qui est actuellement toujours leader du marché, peut-elle jouer un rôle de soutien au secteur des médias flamands, notamment vis-à-vis des chaînes privées concurrentes mais aussi des maisons de production ?
Selon le ministre, "la VRT devrait limiter ses productions propres et diffuser de plus nombreuses productions externes. Ce serait une manière de donner une bouffée d’oxygène aux maisons de production clientes de la VRT".

Sven Gatz estime par contre que la VRT doit continuer à s’occuper de sport et de divertissement. "C’est important pour toutes les chaînes publiques. J’estime que la manière dont la VRT couvre le sport et le divertissement doit pouvoir continuer. C’est une question de trouver un juste équilibre et de le maintenir".

Le conseil d’administration doit-il jouer un rôle plus important ?

"Le fait que la VRT doit renforcer le marché des médias ne signifie pas que la chaîne publique ne peut plus prendre de nouvelles initiatives mais bien qu’elle doit bien réfléchir sur la manière de le faire" ajoute Sven Gatz.

Pour le ministre, le conseil d’administration de la VRT est pour cela le mieux placé, puisque c’est lui qui traite des questions stratégiques.

Deredactie.be doit moins concurrencer la presser écrite

En ce qui concerne l’avenir digitale de la VRT, le gouvernement flamand souhaite que le site de la VRT : deredactie.be, reste un portail qui offre surtout un contenu audiovisuel.

"La VRT est avant tout un pourvoyeur d’émissions de radio et de télévision. Par contre en ce qui concerne les textes, il faut laisser cela aux journaux", déclare encore le ministre qui ajoute que c’est à la VRT de trouver un équilibre.

Stabilité financière

Si la VRT répond au cadre défini par le gouvernement flamand, il y aura une forme de stabilité financière. Le montant prévu de la dotation de la VRT serait de 275 millions mais la chaîne publique pourra aussi compter sur d’autres recettes notamment celles de la publicité, ce qui signifie que la chaîne publique restera toujours grande et forte.

En ce qui concerne les réductions de personnel, le ministre ne peut pas les exclure. Il ajoute que le débat sera mené en toute sérénité en automne.

© VRT 2008