Un nombre record de conducteurs ne respectent pas les zones 30

Malgré l'installation de zones 30 depuis dix ans en Belgique, les conducteurs n'adaptent pas toujours leur vitesse, révèlent les journaux du groupe Mediahuis. L'an dernier, 92.076 automobilistes ont été flashés dans ces zones à vitesse réduite. Selon la Fondation flamande en matière de transport et de mobilité (VSV) ce sont les indications des zones 30 qui ne sont pas adéquates.

Les zones 30 sont obligatoires depuis le 1er septembre 2005 à proximité des écoles mais aussi de plus en plus souvent au cœur des villes. En dix ans, le comportement des automobilistes s'est pourtant à peine adapté.

Selon la police fédérale, les zones de police locales ont flashé, en 2014, 92.076 conducteurs qui avaient dépassé la limite de 30 km/h. Ce sont 5.628 de plus qu’en 2013. Un automobiliste sur dix roule même deux fois plus vite que ce qui est autorisé.

Selon l'association d'automobilistes VAB, les conducteurs remarquent à peine qu'ils se trouvent dans une zone 30.

L'association déplore aussi le fait que les panneaux sont souvent trop petits et la signalisation routière défaillante.

Pour Werner De Dobbeleer, de la Fondation flamande en matière de transport et de mobilité, (VSV) "si vous vous retrouvez dans une ruelle étroite , vous roulerez automatiquement plus lentement surtout s’il y a une chicane ou des plantations. Vous réduirez votre vitesse. Mais si ce n’est pas le cas alors les conducteurs auront l’impression qu’ils sont dans une zone où ils peuvent au moins rouler à 50 km/h et ils le feront aussi".

L’expert en matière de Mobilité Johan de Mol (UGent) plaide pour le placement de radars tronçon. "Cela me semble la seule manière pour obliger les automobilistes à rouler moins vite".