Un nombre croissant de jeunes vivent du revenu d’intégration

Depuis 2005, le nombre de jeunes âgés de 18 à 25 ans qui sollicitent auprès d’un centre public d’aide sociale (CPAS) en Belgique un revenu d’intégration (autrefois appelé minimum de moyens d’existence ou minimex) a augmenté de près de 40%. Parmi ces jeunes, il y a de plus en plus d’étudiants, précisent les quotidiens De Standaard, Het Nieuwsblad et Le Soir.

Le revenu d'intégration représente montant mensuel de 544 à 1.089 euros versé par les centres publics d’aide sociale aux personnes qui n'ont pas d'autre moyen de subsistance. Ces dix dernières années, un nombre croissant de jeunes font appel à ce revenu en Belgique.

Ainsi entre 2005 et 2014, le nombre de jeunes âgés de 18 à 25 ans qui ont fait appel au CPAS est passé de 35.861 à 49.777, soit une hausse de 38,8%. L'augmentation est très importante à Bruxelles, avec 13.070 personnes bénéficiant d'une aide en 2014, soit une hausse de 74% par rapport à 2005.

L'augmentation est moins importante en Wallonie (+ 36 %) et plus réduite encore en Flandre (+ 17 %). La durée de l'aide est aussi beaucoup plus conséquente à Bruxelles (227 jours en moyenne) qu'en Wallonie (213 jours) et qu'en Flandre (187 jours).

D’après Nathalie Debast, spécialiste dans le domaine de la lutte contre la pauvreté auprès de l’Union flamande des villes et communes (VVSG), le recours toujours plus fréquents des jeunes au revenu d’intégration s’explique par la situation économique défavorable de ces dernières années.

Le nombre d'étudiants émargeant au CPAS a également augmenté, sur cette même période, de 158% à Bruxelles, 63% en Wallonie et 62% en Flandre.