25% des communes flamandes dépourvues de taudis ?

Un quart des villes et communes en Flandre affirment ne pas avoir eu sur leur territoire, au cours de l’année écoulée, une seule habitation impropre au logement ou inhabitable. Au cours des 4 dernières années, la moitié des communes n’ont pratiquement pas déclaré de logement inhabitable. C’est ce qu’indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad. Etonnant, alors que les chiffres de la ministre régionale du Logement, Liesbeth Homans (N-VA), indiquaient il y a quelques semaines que le nombre de logements délabrés a augmenté de 37% en Flandre par rapport à 2009.

Un quart des villes et communes en Flandre affirment ne pas avoir eu sur leur territoire, au cours de l’année écoulée, une seule habitation impropre au logement ou inhabitable. Au cours des 4 dernières années, la moitié des communes n’ont pratiquement pas déclaré de logement inhabitable. C’est ce qu’indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad. Etonnant, alors que les chiffres de la ministre régionale du Logement, Liesbeth Homans (N-VA), indiquaient il y a quelques semaines que le nombre de logements délabrés a augmenté de 37% en Flandre par rapport à 2009.

"Ce n’est pas parce que les bourgmestres ne le signalent pas qu’il n’y a pas de taudis dans leur commune. Cela signifie simplement que ces communes ne suivent pas bien la qualité de leurs logements".

Une grande enquête sur les logements menée récemment a révélé qu’en Flandre environ 10% des logements n’étaient pas en état d’être habités. Et cela vaut autant pour les grandes villes que pour les plus petites communes. Mais dans ces dernières - et avant tout en milieu rural -, le problème du délabrement des logements n’est pratiquement pas détecté ni dénoncé.

Le gouvernement flamand a pourtant donné ces derniers temps davantage de moyens aux administrations locales pour lutter contre le délabrement de logements.