400 millions d’économie sur les pensions publiques

Le gouvernement souhaite réaliser 400 millions d'euros d'économies dans les pensions publiques au cours des trois prochaines années, rapporte mardi le quotidien L'Echo, qui a pu consulter une note interne de l'exécutif fédéral.

Le gouvernement envisage d'économiser 57 millions l'année prochaine, 142,5 millions en 2017 et 200 millions en 2018. Soit un total de près de 400 millions d'euros.

Les mesures pour parvenir à ces économies budgétaires consistent à supprimer certains avantages dont bénéficie actuellement le personnel de la fonction publique.

La fin progressive de la bonification des diplômes dans le calcul des pensions ou encore la suppression des régimes des tantièmes préférentiels ont notamment déjà été évoquées.

Les pistes pour parvenir à ces économies doivent toutefois encore être affinées par le gouvernement qui affirme vouloir en discuter avec les partenaires sociaux.

"Le gouvernement s’en prend une nouvelle fois aux gens qui travaillent"

Le Parti socialiste a regretté que le gouvernement s'en prenne "une nouvelle fois aux gens qui travaillent".

La perte de pension, pour un enseignant, pourrait s'élever à 11 à 23,6%, souligne le PS en se basant sur des simulations réalisées par l'administration. Les 23,6% de perte seraient dû à l'ajout d'une autre mesure prévue par l'accord de gouvernement, la prise en compte de la rémunération sur l'ensemble de la carrière et plus uniquement sur les dix dernières années.

"Concrètement, un enseignant devra dès lors travailler deux ans de plus pour toucher... 11.000 euros de pension en moins chaque année", s'indigne le député PS Frédéric Daerden.