Fermes bloquées après la découverte de tuberculose bovine

Une ferme limbourgeoise spécialisée dans l’élevage de vaches laitières a été mise en quarantaine et tous ses animaux - même les chiens - ont été abattus à cause de la présence de tuberculose bovine. Plus de 165 autres exploitations, qui font des affaires avec cette ferme, ont été mises à l’arrêt, indiquent ce vendredi les journaux du groupe de presse Mediahuis.
AP1999

La tuberculose bovine a été détectée dans une ferme de Meeuwen, en province du Limbourg, spécialisée dans l’élevage de vaches laitières. L’exploitation a été mise en quarantaine et tous ses animaux ont été abattus. L’éleveur laitier Roger Indekeu (54 ans) est brisé : "Même nos deux chiens ont dû être endormis. Nous mettons tout notre cœur dans ce travail". Il ignore comment la maladie est arrivée dans son exploitation.

Le mycobacterium bovis, responsable de la tuberculose bovine, est une bactérie à croissance lente. Les propriétés de ce germe font que la confirmation ou la négation d'une infection via une culture peuvent prendre au total 8 semaines.

La bactérie occasionne des lésions dans l’appareil respiratoire. La maladie peut se propager à l’être humain, par exemple lorsqu’il boit du lait cru. L’Agence fédéral pour la sécurité de la chaîne alimentaire estime cependant que ce risque est peu élevé, étant donné que la plupart des consommateurs boivent du lait pasteurisé et que peu de gens ont été en contact avec les vaches laitières de Meeuwen.

Les quelque 167 autres fermes qui ont été en contact avec l’élevage contaminé devront rester à l’arrêt au moins jusqu’à ce que des tests de détection de la tuberculose aient pu être réalisés sur leurs animaux. Le nombre de fermes mises à l'arrêt pourrait encore augmenter.