Toujours plus de plaintes contre les télévendeurs intrusifs

Au cours du premier semestre de cette année, quelque 1.420 personnes ont introduit une plainte auprès du service public fédéral l’Economie après avoir reçu des appels téléphoniques publicitaires, et ce bien qu’ils soient inscrits sur la liste "Ne m’appelez plus". Le nombre de plaintes introduites au cours des six premiers mois de 2015 est plus important que celui enregistré sur l'ensemble de l'année précédente, indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

En théorie, les personnes qui s'inscrivent sur la liste "Ne m'appelez plus" ne doivent plus recevoir d’appels téléphoniques publicitaires concernant, notamment la vente d’un objet ou d’un service.

"Entretemps, quelque 670.000 Belges se sont inscrits sur cette liste", précise Philippe Verschueren qui gère ce site internet.

La législation oblige en effet les sociétés ou organisations qui font du télémarketing à tenir compte de cette liste. Celles qui ne respectent pas cette loi reçoivent d’abord un avertissement. Si elles persistent, elles s’exposent à des amendes allant jusqu’à 60.000 euros.

Au cours des six premiers mois de cette année, le service public fédéral Economie a déjà reçu 1.420 plaintes au sujet de la persistance d’appels publicitaires intrusifs chez des personnes pourtant inscrites sur la liste. Les dossiers ont été transmis à la justice.

"Nous conseillons aux personnes qui reçoivent des appels téléphoniques publicitaires contre leur gré de demander au télévendeur pour quelle société il travaille. Si nous possédons cette information, nous pouvons intervenir", précise Johan Verbelen du SPF Economie.