De Block vise une meilleure répartition des pharmacies

La ministre fédérale de la Santé publique, Maggie De Block (Open VLD), a l’intention de s’attaquer à l’excédent de pharmacies en Belgique. Elle constate avant tout une prolifération de pharmacies dans les villes, alors qu’elles ne sont pas assez nombreuses en milieu rural. En cause, notamment, une législation datant de 1973.

Des lacunes dans la législation sur les pharmacies ont permis des contournements des quotas légaux, ce qui a entraîné une prolifération des officines pharmaceutiques dans les villes de notre pays. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (photo) entend donc s'attaquer au problème de mauvaise dispersion des pharmacies en adaptant la loi de 1973 sur leur répartition.

A l’heure actuelle, une pharmacie est disponible par 2.150 habitants sur le territoire belge. En Europe, seule la Grèce a une offre plus importante, tandis que les Pays-Bas ont à peine une pharmacie par 8.000 habitants.

L'offre particulièrement dense en Belgique entraîne également un problème de rentabilité, souligne le quotidien Het Nieuwsblad.

En collaboration avec les syndicats des pharmaciens et l’Agence fédérale des médicaments et produits de santé (AFMPS), la ministre va étudier comment mieux étaler les pharmacies sur l’ensemble du pays.