42 fermes considérées "indemnes de tuberculose"

Bonne nouvelle pour 42 des 162 exploitations qui avaient été bloquées début août parce qu’elles ont été en contact avec un élevage de vaches laitières du Limbourg dans lequel la tuberculose bovine a été diagnostiquée fin juillet: depuis la 14 août, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) a déclaré ces exploitations "indemnes de tuberculose".

Dix-neuf exploitations agricoles sont par contre considérées comme "suspectes" à la suite des tests de dépistage de la tuberculose bovine, indiquait ce mardi l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) dans un communiqué.

Un total de 162 exploitations de contact - c'est-à-dire des exploitations qui ont par le passé introduit des animaux dans l'exploitation limbourgeoise touchée par la maladie ou qui ont reçu des animaux de cette exploitation - avaient été placées sous surveillance au début du mois d’août. Le 30 juillet 2015, un foyer avait en effet été confirmé dans la province du Limbourg après que des lésions de tuberculose sur un bovin issu de l'exploitation aient été constatées à l'abattoir.

Au sein de l'exploitation touchée, les 180 animaux ont directement été testés. L'ordre a été donné d'abattre tous les animaux.

L'Afsca a ensuite décidé de mettre à l'arrêt 162 exploitations de contact. Tous les bovins de ces exploitations doivent être tuberculinés dans les 30 jours. Si la tuberculination donne un résultat positif ou douteux, le statut "suspendu" est remplacé par le statut "suspect". C'est ce qui est arrivé à 19 exploitations. Des tests complémentaires (notamment bactériologiques) y seront menés.

L'Afsca indique par contre avoir placé à la date du 14 août quelque 42 exploitations sous le statut "indemne de tuberculose". Toutes les mesures y sont levées. Enfin, 101 exploitations attendent encore les résultats complets et définitifs, et conservent donc temporairement le statut "suspendu".

Les entreprises à l'arrêt se situent principalement au Limbourg, mais plusieurs exploitations des provinces d'Anvers et de Liège sont également concernées.