"Vacciner les femmes enceintes contre la coqueluche"

Alors que le nombre de cas de coqueluche n’a cessé d’augmenter ces dernières années en Belgique, l’Institut scientifique de santé publique (ISP) rappelle qu’il est nécessaire de vacciner systématiquement les femmes enceintes, lors de chaque grossesse, pour enrayer la recrudescence de la maladie.
SCIENCE PHOTO LIBRARY

Ces dernières années, le Centre national de référence pour la coqueluche a enregistré une forte augmentation des cas recensés sur notre territoire: 500 cas en 2012, 850 en 2013 et 1.400 en 2014. "La maladie n'épargne aucune catégorie d'âge au sein de la population", précise le Dr Kris Huygen, responsable du service Immunologie de l'Institut scientifique de santé publique (ISP).

Pour les adultes, la coqueluche est une maladie plutôt inoffensive. Les symptômes s'apparentent souvent à ceux d'un simple refroidissement (toux, écoulements nasaux, etc.). Mais pour les nourrissons de moins de six mois qui ne sont pas encore vaccinés, la coqueluche entraîne des complications sévères.

La maladie se manifeste chez eux sous une forme atypique, avec peu de toux mais des épisodes d'arrêt respiratoire. Dans les cas les plus extrêmes, elle peut s'avérer fatale. Des décès de nourrissons sont d'ailleurs encore recensés presque chaque année en Belgique.

Enjeu de santé publique

Selon l'ISP, la vaccination en cours de grossesse est inoffensive, tant pour la mère que pour l'enfant à naître. "Qui plus est, elle permet de protéger les nourrissons au cours des premiers mois de leur vie, dans l'attente d'une vaccination complète", précise l'institut.

Le Conseil Supérieur de la Santé recommande déjà cette pratique depuis l'été 2013. "Mais dans les faits, c'est malheureusement encore loin d'être le cas, et peu de femmes enceintes semblent suffisamment informées sur le sujet", déplore l'ISP, qui recommande sans délai une vaccination (de rappel) spontanée et systématique de toutes les femmes enceintes, par l'ensemble des médecins.

"Il s'agit d'un enjeu de santé publique stratégique si l'on souhaite enrayer rapidement et efficacement la recrudescence de cette maladie en Belgique", conclut l'Institut.