Des centaines de résidences secondaires non déclarées à Ostende

Trois étudiants jobistes ont établi une liste de 900 adresses qui pourraient correspondre à des résidences secondaires dans la ville balnéaire belge (photo principale). Les propriétaires d’une deuxième résidence à Ostende (Flandre occidentale) doivent s’acquitter annuellement d’une taxe communale de 1.000 euros. L’an dernier, il était cependant apparu que nombre de propriétaires ne déclarent pas officiellement cette habitation et évitent ainsi de payer l’impôt.

"Depuis le 1er juillet, nous avons envoyé des étudiants jobistes en repérage", expliquait l’échevine Hilde Veulemans (CD&V, photo). "Nous avons ensuite comparé les constatations qu’ils ont faites sur le terrain avec les données que nous possédons du registre de la population et du cadastre".

"Il en est ressorti que pour environ 900 adresses il n’est pas clair s’il s’agit d’un domicile, d’un appartement qui est en rénovation ou en vente, ou d’une seconde résidence".

Les propriétaires des biens qui figurent sur la liste recevront une lettre et devront donner des explications aux autorités communales ostendaises.

Il y a deux ans, la ville d’Ostende augmentait la taxe communale sur les résidences secondaires de 54%, afin de renflouer ses caisses. La taxe s’élève donc maintenant à 1.000 euros par an.

Pour rappel, les autorités fiscales belges découvraient fin 2014 qu’un certain nombre de contribuables qui avaient remis une déclaration fiscale dite simplifiée avaient omis de déclarer un ou plusieurs biens immobiliers. Depuis l’an dernier, l’administration fiscale peut en effet croiser les données du cadastre avec des données qui sont notamment répertoriées dans les déclarations d’impôts simplifiées.

Au printemps dernier, on apprenait que les autorités fiscales allaient contrôler de façon plus approfondie quelque 72.000 déclarations de citoyens dont elles soupçonnent qu’ils ont omis de mentionner l’existence d’une ou plusieurs résidence(s) secondaire(s) dans leur déclaration d’impôts.