Un Néerlandais arrêté dans l’affaire du meurtre de Wingene

Dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du châtelain de Wingene, début 2012, un ressortissant néerlandais a été placé sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction. L'information a été confirmée jeudi par son avocat, Maître Pol Vandemeulebroucke. L’homme est soupçonné d’avoir joué un rôle d’intermédiaire dans la préparation du meurtre de Stijn Saelens.

Agé de 51 ans, le ressortissant néerlandais placé sous mandat d’arrêt avait été arrêté une première fois en juillet 2013 dans le cadre de l'assassinat de Stijn Saelens. Il avait été livré à la justice belge en septembre de cette même année, mais son ADN ne correspondait à aucune piste dans le dossier. Il avait dès lors été relâché par le juge d'instruction.

De nouveaux éléments ont entretemps permis de lier le neveu d'un des exécutants présumés de l'assassinat à la victime. Il est possible que les déclarations de cet homme aient mené à la nouvelle arrestation du ressortissant néerlandais. L'avocat néerlandais de l'intéressé s'oppose toutefois à une nouvelle extradition de son client.

Ce dernier était incarcéré depuis le 25 juin dernier aux Pays-Bas et a été remis aux enquêteurs belges mercredi matin. La Chambre du conseil de Bruges décidera lundi de la prolongation éventuelle du mandat d'arrêt du Néerlandais.

Stijn Saelens (photo), qui résidait au château de Wingene avec sa famille, avait été retrouvé mort le 17 février 2012 sur un terrain appartenant à Pierre Serry dans la commune de Aalter, un peu plus de deux semaines après sa disparition. Son beau-père André Gysselbrecht, soupçonné d'être le commanditaire de l'assassinat, est actuellement en détention.