"Nous voulons faire partie de la solution"

L'association qui s’occupe des réfugiés en Flandre, "Vluchtelingenwerk Vlaanderen" souhaite rencontrer le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) , pour discuter avec lui de l'accueil dans des familles de personnes bénéficiant du statut de réfugiés, a déclaré dimanche au journal télévisé de la VRT, la directrice de l'organisation, Els Keytsman.

"Il est clair que nous allons devoir accueillir beaucoup plus de demandeurs d’asile que lors des mois précédents" a déclaré Els Keytsman.

La directrice de Vluchtelingenwerk Vlaanderen souligne que la majorité des demandeurs d’asile proviennent aujourd’hui de pays en guerre. "Cela signifie qu’ils vont obtenir un droit de séjour et qu’ils devront être intégrés ici et y construire une nouvelle vie".

Pour Els Keytsman cela implique que le gouvernement se prépare à cette venue en organisant des cours de langue et prennent des initiatives pour accompagner ces personnes.

Beaucoup de réfugiés voudraient donner quelque chose en retour à la société qui les accueille mais pour cela il faut leur en donner la possibilité.

Selon elle, une solidarité accrue se fait sentir de la part de la population flamande.

"Nous remarquons que de plus en plus de particuliers se proposent pour accueillir ou aider des demandeurs d'asile", indique-t-elle. "Cette solidarité fait chaud au cœur."

La directrice évoque également différentes initiatives privées, entre autres lancées via le réseau social Facebook. "C'est une belle opportunité pour le secrétaire d'Etat et les instances chargées de l'asile d'en faire usage."

Els Keytsman conseille aux citoyens qui souhaitent apporter leur aide de consulter par exemple un CPAS ou un centre d'accueil.

L'organisation souhaite par ailleurs discuter avec Theo Francken au sujet de l'accueil de réfugiés reconnus dans des familles, mais aussi au sujet des économies et de la manière dont l'asbl peut contribuer à gérer la crise de l'asile.

"Nous ne voulons voir personne en rue", résume la directrice. "Nous voulons faire partie de la solution."

Aucune date n'a encore été déterminée pour cette rencontre.