Meyrem Almaci: "Le CD&V est devenu le parti de l’impuissance"

La présidente de Groen Meyrem Almaci s'en est prise avec force samedi au CD&V, accusé de manquer de poids pour défendre les combats de gauche dans les coalitions flamande et fédérale marquées à droite.

"Autrefois parti du pouvoir, le CD&V est désormais le parti de l'impuissance", a lancé Mme Almaci à l'occasion du traditionnel week-end estival de son parti, à Nieuport. "On entend surtout le CD&V quand il est question de lui-même, ou de l'égo meurtri de Kris Peeters", le vice-Premier ministre CD&V du gouvernement fédéral.

Et la présidente des Verts flamands d'évoquer le virage fiscal ("taxshift") sur lequel MR, N-VA, CD&V et Open VLD ont trouvé un accord avant les vacances. "Quatre-vingts pour cent des citoyens souhaitent une contribution des grandes fortunes, mais c'est à ces 80% que l'on présente la facture. Ce que le gouvernement donne d'une main, il le reprend plusieurs fois de l'autre".

La N-VA et l'Open VLD se voient reprocher leurs propos "faciles" sur le service obligatoire à la communauté, ou sur la surveillance des frontières. Pour la crise des réfugiés, Groen défend une intégration plus rapide via l'apprentissage de la langue et l'accès au travail, en renforçant les moyens de l'office régional de formation et de l'emploi (VDAB), ainsi que ceux des bureaux d'accueil et des CPAS.

Meyrem Almaci n'oublie pas la conférence de Paris sur le climat, en décembre prochain. "Si nous ne parvenons pas à trouver un accord intra-belge sur la politique climatique, qu'irons-nous faire à ce forum international?", demande-t-elle.