L’UZ Gent à l’amende pour un traitement de tumeurs erroné

L’hôpital universitaire de Gand (photo principale) et trois entreprises spécialisées, jugés pour une affaire de radiothérapie défaillante entre 2005 et 2006, ont écopé ce lundi d’amendes allant jusqu’à 55.000 euros devant le tribunal correctionnel gantois. Les médecins, techniciens et directeurs des entreprises n’ont cependant pas été sanctionnés à titre personnel.

L'UZ Gent (Flandre orientale) porte la plus lourde responsabilité parce que "des raisons budgétaires ont impliqué des choix dangereux", a estimé le tribunal correctionnel gantois. Les médecins, techniciens et directeurs des entreprises n'ont par contre pas été sanctionnés à titre personnel.

Entre décembre 2005 et septembre 2006, dix-sept patients ont été traités via un "cadre stéréotaxique". C'est une sorte de casque placé sur la tête du malade et qui dirige un faisceau de rayonnement tridimensionnel vers la tumeur et les métastases (photo hors contexte).

En septembre 2006, on a cependant remarqué à l'hôpital de Gand que le logiciel utilisé pour combattre les tumeurs n'avait pas fonctionné correctement. On a constaté une différence de plus de 1 cm entre l'endroit où les faisceaux devaient traiter la tumeur et l'endroit où ils ont effectivement été diffusés. Les malades, qui n'ont pas reçu la radiothérapie prévue pour traiter leur tumeur au cerveau, sont probablement décédés de l'avancée de la maladie.

Au total, dix prévenus - dont l'UZ Gent, la société belge Elekta, l'entreprise spécialisée allemande Brainlab et la canadienne Sandström Trade and Technology, ainsi que six personnes physiques comparaissaient devant le tribunal pour coups et blessures involontaires.

L'hôpital et les trois entreprises ont été reconnus coupables de manque de prudence et de prévoyance. L'UZ Gent a été condamné à une amende de 55.000 euros. Brainlab doit s'acquitter d'une somme de 27.500 euros, Elekta de 11.000 euros et Sandström Trade and Technology de 22.000 euros.