La Belgique accueillera 250 réfugiés arrivés en Bavière

Le Premier ministre Charles Michel (MR, photo) a annoncé ce lundi que notre pays s’est accordé avec la chancelière allemande Angela Merkel pour accueillir 250 réfugiés de guerre qui se trouvent actuellement en Bavière. Une initiative qualifiée d’unique. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devrait d’autre part demander mercredi à la Belgique d’accueillir 4.564 réfugiés supplémentaires. Le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) émet des réserves face au plan européen de répartition des réfugiés.

Le Premier ministre Michel qualifie l’accueil en Belgique de 250 réfugiés qui sont arrivés en Bavière d’"opération humanitaire. Les modalités et les places d'accueil précises sont en cours d'élaboration et seront communiquées ultérieurement". Charles Michel a marqué son accord lundi à cette concertation menée pendant le week-end avec la chancelière allemande Angela Merkel.

"Il s'agit d'une initiative unique et provisoire. En effet, le gouvernement fédéral entend imposer davantage de solidarité au niveau européen et trouve en l'Allemagne un partenaire", a commenté Charles Michel.

Le gouvernement fédéral demande en première instance la mise en place d'une répartition européenne équitable qui prévoit la création de "hotspots" dans les pays aux frontières extérieures de l'Union européenne. Il souhaite en outre soutenir davantage l'accueil dans les régions qui entourent la Syrie, afin que les réfugiés qui se sentent déjà en sécurité là-bas ne ressentent pas le besoin de rejoindre l'Europe.

Le Premier ministre souhaite en outre que "tous les Etats membres de l’Union européenne montrent qu’ils veulent collaborer et être solidaires, sinon il ne peut pas non plus y avoir de solidarité socio-économique", concluait Charles Michel.

Plan Juncker : 4.564 réfugiés de plus pour la Belgique ?

Le président de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, doit présenter mercredi au Parlement européen le nouveau plan de répartition de 120.000 personnes qui ont fui les zones de guerre (50.400 arrivées en Grèce, 15.000 en Italie et 54.000 en Hongrie).

Sa clé de répartition prévoit l'accueil de 31.443 demandeurs d'asile en Allemagne, 24.031 en France et 14.921 en Espagne, les trois pays les plus sollicités. La Belgique serait invitée à en accueillir 4.564, soit l'équivalent de la Suède, là où les Pays-Bas doivent en recevoir 7.214, écrivait le quotidien Le Monde.

Au cabinet du Secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, on se refuse à confirmer ces chiffres. Pour Theo Francken (N-VA, photo), il convient d'abord de vérifier certaines conditions. La première concerne une répartition équitable des réfugiés à travers toute l'Europe, avec instauration de centres d'accueil et de tri des migrants dans les zones où ceux-ci arrivent - comme l'Italie, la Grèce ou les Balkans.

La seconde, une solidarité socio-économique, par exemple en suspendant des aides agricoles aux États qui refusent d'assurer la solidarité d'accueil. Enfin, un soutien accru à l'accueil des réfugiés dans des pays voisins de la Syrie, afin de décourager ceux qui tentent leur chance en Europe.