"L'aide d'urgence aux agriculteurs est insuffisante"

Les ministres européens de l'Agriculture, réunis lundi en conseil extraordinaire, se sont quittés en soirée sans dégager d'accord sur des mesures d'aide au secteur agricole. De son côté, la Commission a annoncé qu'elle débloquait 500 millions d'euros d'aide d'urgence pour les agriculteurs, une somme insuffisante, estiment les ministres fédéral, wallon et flamand en charge.

Willy Borsus, le ministre fédéral de l'Agriculture ainsi que ses homologues wallon et flamand René Collin et Joke Schauvliege estiment cette somme insuffisante.

"L'argent issu des 'super-prélèvements' (les pénalités payées en 2014-2015 par les producteurs laitiers qui ont dépassé les quotas en vigueur jusqu'au 31 mars dernier, NDLR) équivaut à 860 millions d'euros. Cette somme doit revenir intégralement aux agriculteurs", implore M. Collin.

Pour Willy Borsus, qui représentait la Belgique lors de la réunion, la Commission a mis quelques mesures positives sur la table. Il cite la possibilité d'anticiper le paiement des aides directes de la politique agricole commune (PAC) et la réforme de l'aide au stockage privé pour le lait en poudre et la viande de porc. "Mais cela ne va pas permettre de rétablir le marché, et encore moins durablement. L'impact sur la trésorerie des fermes est beaucoup trop faible", déplore-t-il.

M. Borsus se dit prêt au bras de fer avec l'exécutif européen. "Plusieurs délégations, dont la Belgique, ont exprimé leur souhait d'aller plus loin. Le combat continue."

De son côté, la ministre flamand Joke Schauvliege s’interroge sur la teneur de la proposition de la Commission. "Lorsqu’on demande où es-ce que ces moyens pourront être utilisés, comment ils seront partagés entre les Etats membres, on n’obtient pas de réponse. C’est quand même particulièrement décevant, et c’est la raison pour laquelle le conseil a été remis à la semaine prochaine", a-t-elle indiqué.

Joke Schauvliege dénonce en outre le fait que la plupart des mesures concernent les producteurs laitiers. "Nous avons aussi le secteur des porcs et celui de la viande de bœuf. Tous ont des problèmes pour le moment. Pour moi, il est primordial que tous ces secteurs puissent également bénéficier des mesures qui sont prises", a-t-elle fait savoir.

Une nouvelle réunion ministérielle est prévue mardi prochain à Luxembourg. D'ici là, la Commission doit préciser ses mesures lors de réunions techniques.

Cet été, la Commission avait déjà dégagé 220 millions d'euros d'aide d'urgence pour les agriculteurs affectés par l'embargo russe. Mais les prix des produits agricoles restent très bas, menaçant la survie des petites exploitations.

Au moins 2.000 agriculteurs européens ont manifesté ce lundi leur colère autour du rond-point Schuman, en marge du conseil extraordinaire des ministres européens de l'Agriculture.