Seuls 20 réfugiés ont dormi dans le bâtiment mis à leur disposition

Malgré les 500 lits installés lundi par la Croix-Rouge dans le bâtiment du WTC III, situé à côté de l’Office des Etrangers, de nombreux candidats à l’asile sont finalement restés dans leurs tentes, installées dans le parc Maximilien. Une communication difficile et un manque d’équipements sanitaires seraient notamment à l’origine de cette situation qui a quelque peu vexé le secrétaire d’Etat à l’Asile, Theo Francken (N-VA)

Les lits installés à la demande des autorités fédérales sont destinés aux demandeurs d’asile qui attendent leur inscription à l’Office des Etrangers. Ils étaient près de 400 à être dans ce cas la nuit dernière.

Dans une lettre que la plupart avaient reçue lundi matin, les réfugiés étaient invités, en français et en néerlandais, à passer la nuit dans le bâtiment WTC III. Vers 22h, seules 14 personnes s’étaient présentées dans les bureaux aménagés par la Croix-Rouge. "Durant la nuit, 6 autres sont venues, ce qui fait un total de 20 personnes", a témoigné la journaliste de la VRT, Trui Demaré.

Les candidats à l’asile y ont reçu un lit, des draps propres, une gaufre au sucre, ainsi que du thé et du café. Vers 8h ce mardi matin, ils ont été appelés à quitter les lieux.

Comment expliquer ce flop ?

L’une des raisons liées à cette situation réside plus que probablement dans la communication. "Nous avons parlé ce matin avec des réfugiés installés dans le parc. Ils étaient au courant de l’accueil, mais pensaient qu’il leur fallait des papiers pour y accéder", a expliqué Trui Demaré.

Dans le camp du parc Maximilien, on retrouve en outre des installations sanitaires et de la nourriture. Hier soir, de nombreuses activités étaient organisées dans la bonne humeur. Par ailleurs, les températures n’ont pas été particulièrement froides.

Enfin, l’accueil au sein du WTC III n’est en de mise que durant la nuit. Certains réfugiés craignent de perdre leur tente et leurs affaires s’ils décident d’aller loger ailleurs.

Le Secrétaire d’Etat à l’Asile vexé

Agacé par le manque de succès de son initiative, le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) a exprimé sa colère sur Twitter. "J'offre un pré-accueil basique. Les personnes n'en veulent pas, c'est tout. Il faut croire que leurs tentes sont trop douillettes. De quoi faire taire les critiques. Les excuses sont les bienvenues. Merci".

"Ils semble que certaines personnes préfèrent tout de même dormir à la belle étoile, et ne sont pas intéressées lorsqu’on le propose un toit. C’est ce que je peux constater", a-t-il commenté au micro de la VRT.

A ses yeux, une mauvaise communication, notamment sur l'emplacement de l'immeuble, ne peut être à l’origine de cette situation. "Le bâtiment se trouve juste à côté du camp, et de l’Office des Etrangers. Il y a trois tours, l’une à côté de l’autre. Les gens doivent marcher 10 mètres. Que voulez-vous que je fasse de plus ? Leur proposer des hôtels peut-être ?", a encore déclaré Theo Francken, quelque peu amer.

Le Secrétaire d’Etat a cependant indiqué que les lits allaient rester en place. "Aussi longtemps que des personnes sont appelées à revenir un autre jour, elles pourront y passer la nuit", a-t-il précisé.

La mesure pourrait cette fois se révéler nécessaire. La pluie est en effet au rendez-vous. L’Office des Etrangers a en outre une nouvelle fois dû refuser plus de 200 demandeurs d’asile ce mardi. Ils devront s'y représenter jeudi ou vendredi.