Les premiers demandeurs d’asile arrivés à Westakkers

Une cinquantaine de personnes ont été amenées mardi après-midi, en autocar, de l’Office des étrangers à Bruxelles au centre d’accueil d’urgence mis en place par la Croix Rouge dans l’ancien domaine militaire de Westakkers, à Saint-Nicolas en Flandre orientale. Au total, quelque 250 demandeurs d’asile devraient trouver un accueil temporaire à Westakkers.

La Croix Rouge indique que les 250 places d’accueil provisoire aménagées dans l’ancien domaine militaire de Westakkers (photo) seront progressivement occupées. Les 50 premiers demandeurs d’asile y sont arrivés mardi après-midi, acheminés par autocar depuis l’Office aux étrangers de Bruxelles.

Lundi, le premier de quatre centres d’accueil d’urgence de la Croix Rouge ouvrait ses portes en Flandre, plus précisément à Holsbeek, en Brabant flamand. Douze demandeurs d’asile mineurs d’âge et non-accompagnés y résident actuellement. A terme, ce sont 80 enfants et jeunes qui pourront y trouver un refuge temporaire.

Le 22 septembre, un autre centre d’accueil provisoire de la Croix Rouge ouvrira ses portes, à Houthalen-Helchteren dans le Limbourg. Il pourra héberger 600 personnes. Le quatrième centre sera ouvert à Vilvorde (Brabant flamand) et pourra accueillir 124 personnes. Une date précise d’ouverture n’a pas encore été fixée.

Camp d’accueil d’urgence à Sijsele

La semaine dernière, un premier camp d’accueil d’urgence avait été ouvert à Sijsele (photo), en Flandre occidentale. Il présente une différence avec un centre d’accueil.

"Sijsele est bien un camp d’accueil d’urgence et est indépendant par rapport aux quatre centres d’accueil provisoire que nous ouvrons en Flandre", expliquait An Luyten de la Croix Rouge de Flandre. "Dans un camp nous n’offrons pas l’accueil standard qui est prévu dans un centre".

L’infrastructure y est donc plus rudimentaire et les demandeurs d’asile doivent utiliser les équipements collectifs. Mardi après-midi, quelque 250 demandeurs d’asile se trouvaient déjà au camp de Sijsele, qui peut accueillir 400 personnes.

En plus des quatre centres d’accueil provisoires et du camp d’urgence que la Croix Rouge de Flandre a mis ou doit encore mettre sur pied, l’organisation humanitaire possède treize centres permanents d’accueil pour les demandeurs d’asile. Mardi après-midi ils hébergeaient un total de 1.698 personnes. C’est un peu plus que leur capacité normale de 1.500 places.

La Croix Rouge précise que les chiffres changent chaque jour. "Le camp et les deux centres d’accueil d’urgence déjà ouverts voient arriver chaque jour de nouveaux demandeurs d’asile", expliquait An Luyten.

Soutien logistique aux initiatives privées

Les entreprises et associations qui veulent organiser une récolte de fonds à l’attention des réfugiés peuvent procéder à l’enregistrement de leur action depuis mardi. La Croix Rouge de Flandre a annoncé qu’elle leur procurera un code promotionnel et du matériel de communication qui leur permettra de mener à bien leur initiative.

"Avec l’argent ainsi récolté, vous pourrez aider à développer encore davantage le service de traçage, afin de permettre à un nombre accru de réfugiés qui ont perdu un parent ou un proche pendant leur fuite à les retrouver", expliquait la porte-parole An Luyten.

"La crise de l’asile soulève une énorme vague de solidarité en Belgique. Les gens récoltent en masse de la nourriture, des vêtements, des couvertures pour aider les réfugiés". La Croix Rouge n’a pourtant pas besoin, pour l’instant, d’aide matérielle. Elle appelle par contre ceux qui le veulent à faire un don d’argent.