8.000 nouvelles places d’accueil pour les demandeurs d'asile

Le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken a obtenu ce vendredi l'accord du conseil des ministres pour la création progressive d'un total de 8.000 nouvelles places pour faire face à l’afflux de demandeurs d’asile dans notre pays. Il avait annoncé jeudi devant le Parlement fédéral qu'il en ferait la demande. Si la tendance actuelle se poursuit, Theo Francken (N-VA) devra en outre disposer l’an prochain de 600 millions d’euros, pour permettre à l’Agence fédérale Fedasil d’accueillir les demandeurs. Pour cette année, un budget supplémentaire de 280 millions d’euros est prévu.
Kurt Desplenter

Les nouvelles places d'accueil "seront mobilisées dans le cadre d'un phasage et d'une concertation avec les acteurs impliqués, et utilisées si nécessaire en vertu du monitoring" qui analyse l'afflux de réfugiés en Belgique", a annoncé ce vendredi midi le Premier ministre Charles Michel (MR).

Un appel public pour 5.000 places sera finalisé pour le mois d'octobre et 3.000 places supplémentaires, soit dans de nouveaux centres soit dans des centres existants, à Bourg-Léopold (500 à Moorslede), Lanaken (120) et Belgrade-Namur (400) s'ajouteront à terme à l'offre d'accueil.

La Belgique disposera ainsi à terme de quelque 40.000 places d'accueil dans des centres ouverts ou via des initiatives locales. Les concertations se poursuivent d'autre part avec les autorités locales, les opérateurs et le propriétaire en vue d'"optimaliser" le pré-accueil pour l'enregistrement des réfugiés candidats à l'asile.

Parmi les pistes envisagées figure celle de rendre les 500 places du bâtiment WTC3 (photo) mises à disposition de ces réfugiés en demande d'enregistrement opérationnelles non plus seulement la nuit mais 24 heures sur 24. L'amélioration des conditions sanitaires (douches) est également à l'étude. On planche sur la distribution de soupes, de petits-déjeuners, la mise à disposition de casiers sécurisés pour sauvegarder les effets personnels.

La situation dans le parc Maximilien, qui jouxte l'Office des étrangers à Bruxelles, n'avait pas manqué d'être évoquée ce jeudi au Parlement. Theo Francken s'était d'ailleurs entretenu jeudi avec les responsables de la Croix-Rouge et "une optimisation du pré-accueil est sur la table" avait-il annoncé.

La députée et échevine bruxelloise Karine Lalieux (PS, photo) avait lancé un appel pressant au Secrétaire d’Etat pour que l'accueil soit amélioré, en particulier dans le bâtiment WTC III qui n'offre jusqu'à présent qu'un hébergement de nuit, dans des conditions sanitaires rudimentaires.

Le nombre de 1.000 demandeurs présents dans le parc devrait être atteint ce week-end, a affirmé Lalieux. Selon elle, la Croix-Rouge est prête à remplir cette mission, mais elle attend un mandat du gouvernement.

Augmentation spectaculaire

Le mois de septembre pourrait se clôturer avec 5.500 demandes d'asile, alors qu'au mois d'août le nombre tournait déjà autour de 4.500. S'il y a beaucoup de Syriens parmi les demandeurs, leur augmentation est toutefois stable, a indiqué jeudi Theo Francken. Ces ressortissants représentent environ 19% des candidats à l’asile.

Le Secrétaire d'Etat a relevé une "augmentation spectaculaire" du nombre d'hommes jeunes et célibataires venant de Bagdad en Irak, arrivés en Europe par le biais de filières de trafic d'êtres humains et dont le récit est souvent stéréotypé. Pour cette raison, le Commissariat Général aux Réfugiés et Apatrides (CGRA) a gelé provisoirement les décisions qui les concernent, les conditions de sécurité dans la capitale irakienne ayant évolué.

"Nous avons été confrontés ces dernières semaines à une situation exceptionnelle et le gouvernement, dans toutes ses composantes, a pris toutes ses responsabilités", a assuré de son côté le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR).

Kurt Desplenter