Des comprimés d’ecstasy très toxique trouvés à Anvers

L’Institut scientifique de santé publique met en garde : cet été, la présence d’un comprimé d’ecstasy contenant la substance hautement toxique CMA - ou 4-chlorométhamphétamine - a été détectée dans la région d’Anvers. La ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) indique que l’utilisation de ces comprimés comporte un risque aigu et peut aussi causer des dommages irréversibles au cerveau. (Photo d'archives)

Le CMA, ou 4-chlorométhamphétamine, est un dérivé d'amphétamine, avec des effets probablement similaires. Cette substance peut cependant "entraîner des dégâts cérébraux irréversibles. Elle est particulièrement néfaste pour les cellules du cerveau qui produisent la sérotonine, un important neurotransmetteur.

De plus, le CMA est toxique même dans des conditions d'utilisation ponctuelle, et certainement en combinaison avec le MDMA, la substance habituelle des tablettes d'ecstasy", met en garde l’Institut scientifique de santé publique (ISP).

Des comprimés jaunes de forme carrée sur lesquels figure l'inscription "Durex" et contenant du CMA ont été découverts fin juillet, à Boom dans la région d'Anvers, au domicile d’un Flamand de 24 ans interpellé pendant un festival musical alors qu’il était en possession d’ecstasy, de cocaïne et de cannabis.. Jusqu'à ce jour, l'ISP n'a cependant reçu aucun cas d'intoxication au CMA.

C'est la première fois que cette substance est identifiée dans un comprimé de drogue récréative, en Belgique comme à l'étranger. L'ISP recommande de ne pas consommer ces comprimés contenant du CMA, de même que toutes les drogues illégales interdites en Belgique.

"Comme il ne peut pas être exclu que du CMA soit présent dans des autres tablettes d'ecstasy, l'Institut appelle à la plus grande vigilance et conseille de ne jamais consommer de tablettes inconnues", conclut le communiqué de l’ISP.